Confusion autour de la fiscalité des dividendes

le
0
Les contribuables optent souvent à tort pour le prélèvement forfaitaire libératoire.

C'est une des subtilités de la fiscalité française... qui échappe souvent aux contribuables! Les Français taxés dans les plus hautes tranches du barème de l'impôt sur le revenu ont l'habitude d'opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) pour les intérêts perçus sur leurs livrets d'épargne ou leurs revenus obligataires. «Beaucoup s'imaginent donc qu'ils doivent en faire autant pour leurs dividendes d'actions. Or, dans la grande majorité des cas, il est au contraire plus intéressant de les soumettre à l'impôt sur le revenu», explique Lila Vaisson-Béthune, responsable de l'ingénierie patrimoniale chez BNP Paribas Banque privée.

Les intérêts des livrets ou les revenus d'obligations sont en effet taxés dès le premier euro, au choix au prélèvement forfaitaire libératoire de 24% désormais ou à l'impôt sur le revenu. Un contribuable qui paie ce dernier dans les tranches de 30% ou 41% préférera bien sûr le PFL à 24%. Les épargnants dont le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant