Conflit taxis-VTC : le rapport choc qui veut tout changer

le
3
Conflit taxis-VTC : le rapport choc qui veut tout changer
Conflit taxis-VTC : le rapport choc qui veut tout changer

Attention, terrain miné. Mal négociée, ce genre de réforme peut bloquer la France. L'hiver dernier, des milliers de taxis étaient descendus dans les rues, à Marseille et dans la capitale notamment, provoquant des embouteillages monstres. En cause, la concurrence jugée « déloyale » que leur impose une nouvelle forme de transport : les sociétés de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC).

Pour tenter de trouver une issue à ce lancinant conflit, l'ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait commandé... un rapport ! Intitulé « Un taxi pour l'avenir, des emplois pour la France » ( sic), ce travail de concertation et d'expertise mené par le député socialiste Thomas Thévenoud arrive cet après-midi sur le bureau du nouvel hôte de Matignon, Manuel Valls.

Changer la vie des clients

Fruit de cent soixante-dix heures d'audition et d'une cinquantaine de rencontres, ce document que « le Parisien »-« Aujourd'hui en France » a pu consulter recèle 30 propositions... et quelques grosses surprises (lire page suivante). Première nouveauté : imposer une couleur unique pour les taxis en France. Bleu, jaune, noir, rouge ou vert... rien n'est tranché, mais l'idée avait jusqu'ici toujours été rejetée par la profession.

Autres pistes envisagées : des forfaits fixes pour aller et revenir d'un aéroport, l'obligation d'accpeter le paimement par carte bleue... Ces mesures ont vocation à améliorer le service offert par les taxis traditionnels. En face, les entreprises de VTC devraient aussi faire des efforts (formation, assurance, etc.) et surtout -- ce qui fait la recette de leur succès -- renoncer au service de géolocalisation des voitures par les clients.

Si elles étaient adoptées, ces mesures devraient changer la vie des clients. Tout en garantissant une cohabitation harmonieuse et lucrative pour les deux types de transport. Espérant pouvoir enterrer rapidement la hache de guerre entre les frères ennemis, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.