Conflit en Ukraine : Merkel, Poutine, Porochenko et Hollande se sont parlé

le
0
Conflit en Ukraine : Merkel, Poutine, Porochenko et Hollande se sont parlé
Conflit en Ukraine : Merkel, Poutine, Porochenko et Hollande se sont parlé

Les présidents russe, ukrainien, français et la chancelière allemande se sont parlés lundi soir de la situation en Ukraine, a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Cet entretien téléphonique dans le format dit «de Normandie», impliquant Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande et Angela Merkel, a porté sur la «mise en oeuvre des mesures approuvées le 12 février à Minsk», parmi lesquelles le cessez-le-feu en Ukraine et le retrait d'armes lourdes par Kiev et les rebelles prorusses.

«Des progrès sont constatés mais la situation doit être améliorée», indique la présidence française. «Les quatre dirigeants sont convenus de demander à l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) de jouer un rôle plus direct afin d'améliorer l'application du cessez-le-feu et du retrait des armes lourdes et de faire un rapport quotidien sur leur mise en oeuvre», a-t-elle précisé.

Les quatre dirigeants estiment notamment que la libération des prisonniers des deux camps et l'aide humanitaire doivent être facilitées en relation avec le CICR (Comité international de la Croix rouge)», indique également l'Elysée, précisant que les représentants des ministres des Affaires étrangères concernés se réuniront «vendredi pour assurer le suivi de l'application du paquet de mesures adopté à Minsk» en février.

Sur le terrain en Ukraine, une relative accalmie est observée ces derniers jours. Le conflit armé entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses a fait plus de 6 000 morts en dix mois. Cinq millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire, selon l'ONU. Un cessez-le-feu, décidé le 12 février à Minsk à la suite des négociations marathon entre les présidents Poutine, Porochenko, Hollande et la chancelière Merkel, est officiellement entré en vigueur dans l'est de l'Ukraine le 15 février. Ce, même si les parties du conflit se sont accusées de violations à plusieurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant