Confiserie : Carambar en passe de redevenir français

le
1
Confiserie : Carambar en passe de redevenir français
Confiserie : Carambar en passe de redevenir français

Ce n'est pas une blague ! Les marques de bonbons et confiseries Carambar, Krema, la Pie qui chante (Michoko,...) et Poulain pourraient repasser sous pavillon français. Selon Les Echos, la société d'investissement Eurazeo est sur le point de les racheter pour un montant de 250 millions d'euros. Depuis octobre 2015, l'actuel propriétaire de Carambar, le groupe américain Mondelēz (ex-Kraft Foods) a engagé un vaste ménage dans son portefeuillle de marques, vendant ainsi au début de l'année Carte Noire, Grand’mère et Jacques Vabre. Il cherchait également à se séparer de son activité confiserie. 

Eurazeo était en concurrence pour le rachat avec le fonds d'investissements PAI et le groupe allemand Katjes, propriétaire du confiseur franco-belge Lutti. «Si Mondelēz était vendeur, le rachat de Carambar ferait sens pour une entreprise comme Lutti et son actionnaire familial, Katjes», avait expliqué Sébastien Berghe, PDG du groupe français Lutti au Figaro en janvier. Carambar avait auparavant appartenu à Danone, à Cadbury et à Kraft.

Si l’opération se confirme, Eurazeo aura pour défi de réveiller ces marques traditionnelles dans un marché du bonbon dominé par les confiseries acides, avec les Têtes Brûlées en haut du podium. En France, la marché des bonbons et confiserie est plutôt stable avec 221 800 tonnes écoulées chaque année et une consommation moyenne par personne de 3,3 kg par an.

5 000 Carambar à la minute

La marque Carambar a été créée par la société Delespaul-Havez, fondée à Lille en 1848. Au départ, cette société était spécialisée dans les dragées, bonbons au chocolat, pains d’épices et biscuits. En 1953, les dirigeants de l'entreprise cherchent à inventer une nouvelle friandise pour remplacer les traditionnelles sucettes. La légende affirme que, lors de la mise au point de la recette à base de cacao et de caramel, l'une des machines se dérègle. Il en sortira un bonbon au caramel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Garasixt il y a 10 mois

    En 1970 un Carambar, bien plus gros et bien plus dur, coûtait 5 cts de franc et aujourd'ui entre 50 et 60 cts d'€ soit plus 6600%. Le Smic a quant à lui augmenté de moins de 2000%. Cherchez l'erreur ou les profits!