Conférence sur l'Irak : «Il n'y a pas de temps à perdre», exhorte Hollande

le
2
Conférence sur l'Irak : «Il n'y a pas de temps à perdre», exhorte Hollande
Conférence sur l'Irak : «Il n'y a pas de temps à perdre», exhorte Hollande

C'est une étape cruciale dans la luttre contre l'Etat islamique, qui fait régner la terreur sur l'Irak et la Syrie. Les représentants d'une vingtaine de pays se réunissent ce lundi à Paris pour définir le rôle de chacun dans la coalition internationale voulue par Washington contre ce mouvement jihadiste ultra-violent. François Hollande a ouvert la conférence, ce lundi matin, en exhortant ses partenaires occidentaux et arabes à s'engager «clairement, loyalement et fortement aux côtés des autorités irakiennes», jugeant qu'il n'y avait «pas de temps à perdre» face à la menace des jihadistes de l'EI. «Le combat des Irakiens contre le terrorisme est aussi le nôtre. Nous devons nous engager clairement, loyalement et fortement aux côtés des autorités irakiennes. Il n'y a pas de temps à perdre», a déclaré le président français devant les représentants d'une trentaine de pays arabes et occidentaux.

Présidée par les présidents français François Hollande et irakien Fouad Massoum, la conférence se tient en présence notamment du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et de John Kerry.«Elle va permettre à chacun d'être beaucoup plus précis sur ce qu'il peut ou veut faire», indiquait une source diplomatique, soulignant que les décisions prises n'auront pas forcément vocation à être toutes rendues publiques. Juste avant l'ouverture de la conférence, le président irakien Fouad Massoum a appelé, dans une interview sur Europe 1, à une intervention aérienne rapide. 

Invité de RTL ce matin, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius (PS) a rappelé qu'il n'était «pas question que de troupes soient envoyées au sol». Interrogé sur le risque terroriste avancé ce lundi dans les colonnes du Parisien par le directeur de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste Loïc Garnier, Laurent Fabius a répondu en langage de diplomate : «Nous prenons toutes les précautions mais il n'y a pas de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 15 sept 2014 à 09:40

    Allons bon, voilà un zinc extraordinaire qui sait voir un terroriste au milieu d'une foule qui ne demande qu'à vivre pleinement dans son moyen-âge sans que l'occident vienne les emm.. A chacun sa culture, a chacun sa religion, mais arrêtons de nous mêler des ces affaires qui ne nous concernent pas. Saddam Hussein était très bien en Iraq, fallait être fou pour aller le déloger...on voit le résultat.

  • aerosp le lundi 15 sept 2014 à 08:19

    La france s'est l'Amérique, l'argent coule à flot.