Conférence sociale : Valls regrette le «geste de défiance» des syndicats

le
42
Conférence sociale : Valls regrette le «geste de défiance» des syndicats
Conférence sociale : Valls regrette le «geste de défiance» des syndicats

La conférence sociale se poursuit ce mardi. Elle est notamment marquée par sept tables rondes sur les thématiques de l'emploi, de la croissance et du pouvoir d'achat. Elles sont présidées par des ministres.

Si le président de la République, François Hollande, a rappelé que, dans le cadre de ces discussions, les syndicats ne peuvent «pas être (dans) une perpétuelle surenchère», quatre d'entre eux sont absents des tables rondes ce mardi. Alors que la CGT et FO avaient décidé lundi de boycotter ces discussions, la FSU (Fédération syndicale unitaire) a également choisi ce mardi de pratiquer la politique de la chaise vide, rejoignant Solidaires, qui avait décidé de même la semaine dernière.

En fin d'après-midi, Manuel Valls a regretté «un geste de distance et de défiance» de la part des syndicats. Un «refus prolongé» du dialogue social serait «une posture incompréhensible», a estimé le Premier ministre dans son discours de clôture de la conférence sociale. Selon le chef du gouvernement, ce boycott est «un geste ponctuel». «Je n'ai pas entendu l'annonce d'un retrait de toute négociation, de tout échange avec l'Etat, même si j'ai entendu une critique globale du pacte de responsabilité et de la politique du gouvernement», a-t-il encore dit.

L'édito du «Parisien». «Dialogue social : des syndicats très susceptibles»

Le Premier ministre a ensuite reproché au patronat de ne pas avancer suffisamment dans les négociations au sein des branches professionnelles sur les objectifs de créations d'emplois en contrepartie des aides prévues par l'Etat. «L'effort de la nation fait ici en faveur des entreprises est un effort sans précédent. Le gouvernement tient et tiendra ses engagements. Et les entreprises doivent intégrer l'effort accompli par nos compatriotes», a-t-il insisté.

Manuel Valls a en outre annoncé que «200 millions d'euros supplémentaires seront dégagés et votés dès la semaine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le mercredi 9 juil 2014 à 14:39

    @PSDI: le mensonge c'est la seule qualité de tes potes, il faut avouer qu'ils sont doues dans le domaine!

  • gglafont le mercredi 9 juil 2014 à 14:12

    psdi: les impôts ont déjà largement augmenté cette année, ils n'ont pas encore baissé. Tout le reste c'est du bla-bla. Un collègue a gagné 4.000 euros de plus en 2013 pour se voir imposé de 4.000 euros de plus à l'IRPP...Les salariés travaillent pour les fonctionnaires alors que ce devrait être l'inverse.

  • fgino le mercredi 9 juil 2014 à 12:33

    18 millions d'imbéciles .. que je vous dis !!!

  • gglafont le mercredi 9 juil 2014 à 10:05

    Il faudrait créer un syndicat qui représentera les salariés qui veulent travailler ca serait innovant.

  • idem12 le mercredi 9 juil 2014 à 07:05

    @PDSI : les "baisses" d'impôts (après moult hausses faut-il le rappeler) vont sûrement contribuer à faire baisser la dette aussi non ?

  • idem12 le mercredi 9 juil 2014 à 07:04

    Curieux qu'ils se méfient ? ce seraient-ils fait enfilé quelque part ? LOL

  • puck le mardi 8 juil 2014 à 18:27

    Il fait bon vivre au pays des promesses socialistes, baisse du chômage, hausses d'impôts que pour les riches, diminution des déficits, retour de la croissance , vous avez eu tout l'inverse et en plus maintenant vous avez droit à dès l'année prochaine on diminue les impôts des classes moyennes et ils pensent que vous êtes assez c.ons pour y croire, bien sûr en dehors de psdi .

  • psdi le mardi 8 juil 2014 à 18:11

    Ma petite chlueue, tu aimes bien la diminution des impôts après l'augmentation. Ben, c'est bien ça l'inversion de tendance.

  • psdi le mardi 8 juil 2014 à 18:09

    Excellent, excellent : Le gouvernement a annoncé en mai un milliard de baisse d'impôts dès l'automne prochain. La mesure touchera 3 millions de ménages. 1,8 million d'entre eux sortiront selon le premier ministre de l'impôt sur le revenu, quand les ménages restant verront leur impôt diminuer de 700 euros pour un couple et de 300 euros pour un célibataire.

  • psdi le mardi 8 juil 2014 à 18:06

    Euh, moi j'aime bien : Le Premier ministre a annoncé une baisse d'impôts pour les classes moyennes et 200 millions d'euros supplémentaires en faveur de l'apprentissage.