Conférence de presse : les gestes de Hollande décryptés

le
0
Conférence de presse : les gestes de Hollande décryptés
Conférence de presse : les gestes de Hollande décryptés

Les mains en «bourse», les lèvres pincées, la tête penchée en avant...  Nous avons demandé au synergologue Stephen Bunard de decrypter le langage corporel et la tonalité du discours de François Hollande lors de sa troisième conférence de presse. Spécialiste de la communication, il a notamment été très attentif lors de la réponse sur Valérie Trierweiler ou les éventuelles poursuites judiciaires du magazine «Closer», après ses révélations sur une relation supposée du chef de l'Etat avec l'actrice Julie Gayet.

Vous analysez régulièrement la gestuelle du Président. L'avez-vous trouvé plus ou moins stressé par rapport à ses précédentes interventions ?

Stephen Bunard : Le Président n'est pas à l'aise avec son corps, même si ça ne sera jamais pire que Jean-Marc Ayrault ! Il semble toujours amputé du bras gauche, immobile, ce qui reflète son manque de spontanéité. Aujourd'hui, ça savonnait pas mal ! Il a butté, accroché plusieurs mots. Plus que d'habitude. Notamment sur le «détachechement» des travailleurs. Au moment d'évoquer la croissance, il avait par ailleurs une moue dubitative... C'est signe que ce n'est pas gagné.

François Hollande a pourtant semblé déterminé sur certains sujets, notamment lors de son introduction.

Il est toujours très fier quand il parle de sa «méthode». La langue sort en délectation, François Hollande se réjouit de son «pacte de responsabilité». De même lorsqu'il parle de faire des économies, il y croit. Quand il évoque la jeunesse également, ses mains sont en «bourse», tous les doigts liés. Il y a une vraie détermination au sujet de l'Europe, son corps est penché en avant sur la droite. La fierté est palpable au moment de parler de l'intervention au Mali.

Vous doutez de sa «spontanéité». Y avait-il des passages qui semblaient particulièrement travaillés ?

Il a eu de véritables accents d'empathie en évoquant la fin de vie ou les «valeurs de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant