Conférence de presse : ces sujets sur lesquels Hollande a botté en touche

le , mis à jour à 18:22
0
Conférence de presse : ces sujets sur lesquels Hollande a botté en touche
Conférence de presse : ces sujets sur lesquels Hollande a botté en touche

Vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, accueil de 24 000 réfugiés sur les deux prochaines années, 2 Mds€ de baisses d'impôts pour plus de 8 millions de foyers... Voilà pour les principales annonces de François Hollande. Sur d'autres thématiques, c'est nettement plus fou. Proportionnelle, chômage, 2017, contrôles au faciès... Le président de la République a plusieurs fois botté en touche. Revue des sujets sur lesquels on n'en sait pas plus après deux heures de conférence de presse.

La proportionnelle. «J’introduirai une part de proportionnelle à l’Assemblée nationale», peut-on lire en toutes lettres, au 48e des 60 engagements du candidat François Hollande. Le président est nettement moins affirmatif. «Je pense que la crise démocratique ne répond pas simplement à une obligation de changer un scrutin», se contente de répondre le chef de l'Etat, ce lundi, alors qu'une journaliste le questionne à ce sujet. «La procédure législative est tout à fait nécessaire à corriger, à simplifier et à rendre plus rapide», poursuit-il, indiquant que «les présidents des deux assemblées y travaillent, le gouvernement sera bientôt saisi d'un projet». Là encore, sans plus de précision.

La condition de sa candidature. «Si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, je n'ai, ou aucune raison d'être candidat, ou aucune chance d'être réélu», déclarait François Hollande, le 18 avril 2014. Depuis, le chef de l'Etat a maintes fois répété qu'il ne briguerait un second mandat que si la fameuse courbe s'inversait. Reste à savoir ce qu'il entend par là, en terme de durée et de nombre de demandeurs d'emploi en moins. Question lui est donc posée ce lundi. «Si c'est sur un mois, ce ne sera pas regardé comme un élément déterminant», évacue Hollande, sans en dire plus excepté que cet engagement était pour lui «presqu'une évidence morale».

Une primaire à gauche? 2017, justement, un journaliste y vient. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant