Conférence de presse à l'Elysée : Hollande, en rempart de la République

le
2
Conférence de presse à l'Elysée : Hollande, en rempart de la République
Conférence de presse à l'Elysée : Hollande, en rempart de la République

Conférence de presse à l'Elysée, saison 5. Pour la cinquième fois depuis le début de son quinquennat, François Hollande a rendez-vous avec la presse ce matin pour rendre compte de son action. Mais, après les attentats de janvier, cet exercice ne ressemblera pas aux précédents.

Sur la forme, peu de changement. Le président fera une courte intervention avant le jeu des questions-réponses. Le tout pendant près de deux heures. L'an dernier, Hollande était empêtré dans les révélations de « Closer » sur sa liaison avec Julie Gayet. Six mois plus tard, « Merci pour ce moment », le livre de Valérie Trierweiler, ruinait sa conférence de presse de septembre. Le tout sur fond d'impopularité record dans les sondages. « Sur ce terrain, il est aujourd'hui plus tranquille », constate un proche. Le climat a changé, sa gestion des attentats a été saluée à droite comme à gauche et les sondages, sans être mirobolants, s'en ressentent.

Protéger la France face aux terroristes tout en réduisant les fractures

Hollande aura donc un message à faire passer : « La République, c'est moi. » L'attentat de Nice contre des militaires mardi, les images du pilote jordanien brûlé vif par Daech, les nouvelles menaces des terroristes contre la France... « Tous les jours, les Français ont besoin d'être rassurés », explique un de ses conseillers. Ce matin, le chef de l'Etat se placera aux avant-postes du combat républicain. Protéger la France face aux terroristes tout en réduisant ses fractures qui nourrissent le repli, les affrontements voire parfois la dérive jihadiste.

Ces derniers jours, Hollande a ainsi consulté tous azimuts pour trouver des idées neuves. « Il a vu tout le monde », assure Julien Dray, un fidèle. Y compris des acteurs de terrain qu'il n'avait pas l'habitude d'associer à la préparation de ce rendez-vous. Quinze jours après l'émoi suscité par Manuel Valls évoquant « un apartheid social, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JOG58 le jeudi 5 fév 2015 à 10:41

    le destructeur de la France c'est moi....surtout n'élisez plus jamais un cretin de mon espèce.

  • M4484897 le jeudi 5 fév 2015 à 09:28

    avec un rempart pareil çà rentre de tous les côtés passoire serait le mot juste et applicable aussi a son économie