Condamnés, mais pourtant réélus

le
1
EN IMAGES - Une condamnation judiciaire ne signe par pour autant la fin d'une carrière politique. Les exemples de Patrick Balkany, Jean Tibéri, Gaston Flosse ou Jacques Mellick prouvent que les «affaires» ne pèsent pas toujours dans le choix des urnes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3064430 le mercredi 15 mai 2013 à 17:48

    Il vaut mieux ne rien dire.Les politiciens ont les mains sales...........