Condamné pour traitement inhumain de Breivik, l'État norvégien fait appel

le
0
Condamné pour traitement inhumain de Breivik, l'État norvégien fait appel
Condamné pour traitement inhumain de Breivik, l'État norvégien fait appel

L'État norvégien, condamné pour avoir imposé en prison un traitement «inhumain» et «dégradant» à l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik, va faire appel, a annoncé ce mardi le ministre de la Justice. Le 20 avril, le tribunal d'Oslo avait estimé contraires à la Convention européenne des droits de l'Homme les conditions de détention de Breivik, incarcéré pour avoir tué 77 personnes dans un attentat à la bombe à Oslo et une fusillade en 2011 sur l'île d'Utøya où se tenait un camp d'été des jeunes travaillistes. La juge Helen Andenaes Sekulic avait en particulier pointé du doigt l'isolement de l'extrémiste de 37 ans, détenu à l'écart des autres prisonniers depuis près de cinq ans. 

«J'ai demandé aujourd'hui à l'avocat de l'État de faire appel», a indiqué le ministre de la Justice Anders Anundsen dans un communiqué. Le délai légal est d'un mois et l'État doit encore définir la formulation de son appel. Mais «la principale raison de l'appel est que les conditions auxquelles est soumis Breivik ne constitue pas d'après l'État un traitement inhumain ou dégradant défini par l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme», a expliqué le gouvernement. «Dans son appel l'État allèguera qu'il n'est pas d'accord avec l'interprétation du droit et des preuves faite par le tribunal», a-t-il ajouté.

Condamné à 21 ans de prison

Le jugement en faveur du célèbre détenu, qui s'affiche désormais comme national-socialiste (nazi), avait causé la surprise en Norvège et au-delà. L'État avait aussi été condamné à payer les frais judiciaires de Breivik, soit 331 000 couronnes (35 850 €). Le tribunal lui avait cependant donné raison sur un deuxième aspect de la plainte de Breivik concernant le droit au respect du secret de la correspondance. L'extrémiste demandait la levée des restrictions sur son courrier et sur ses visites pour pouvoir correspondre avec des sympathisants, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant