Condamné aux Etats-Unis, le minibar résiste en France

le
0

Sa mort est annoncée depuis plusieurs mois aux États-Unis, où de grandes chaînes comme Hilton, Marriott et Hyatt ont commencé à lui tourner le dos. Mais il semblerait que le minibar ait encore de beaux jours devant lui dans les hôtels français.

Quarante ans après leur première apparition au Hilton de Hong Kong, les minibars seraient-ils passés de mode? C'est en tout cas ce que laisse entendre une étude réalisée par TripAdvisor, qui précise que seulement 21% des voyageurs américains souhaitent en bénéficier dans leur chambre d'hôtel, ce qui les place en dernière position de l'étude. À titre d'exemple, un parking ou un réseau wi-fi gratuits séduisent chacun 89% des sondés. Souvent perçus comme chers par des clients qui préfèrent avoir accès à des réfrigérateurs vides pour les remplir eux-mêmes, les minibars ne sont pas incontestables chez les hôteliers non plus. À l'origine de nombreux conflits, ils ne sont plus aussi rentables qu'avant, et pas seulement à cause des vols: les revenus qui en sont issus ont baissé de 28% entre 2007 et 2012, une chute brutale lorsque l'on sait que les revenus par chambre n'ont décru que de 0,6% sur la même période selon MarketWatch.

Le phénomène Starbucks

L'étude de TripAdvisor n'a pas redoré le blason des minibars, loin de là, et les conséquences n'ont pas tardé à se faire sentir: selon CNN, Hilton, Hyatt ou encore Marriott ont commencé à les vider de leurs marchandises, voire à les retirer de certains de leurs établissements américains. Au-delà du désintérêt dont ils sont victimes, les minibars payent aussi ce que certains analystes appellent «le phénomène Starbucks», une philosophie qui encourage les interactions entre les clients. Ainsi, la mort annoncée du service permettrait de drainer plus de trafic dans les parties communes de grands hôtels où, par ailleurs, il est important d'être vu d'un point de vue social.

TripAdvisor a réalisé la même étude auprès de clients français et les résultats sont à peine différents: seulement 32% d'entre eux souhaitent bénéficier d'un minibar dans leur chambre d'hôtel. Mais ce service a encore de beaux jours devant lui dans l'Hexagone. Au Grand Hyatt de Cannes, sa suppression n'est «pas l'ordre du jour». Chez Marriott, si l'établissement de la rive gauche à Paris a vu certaines de ses 800 chambres délestées de minibars pour des raisons de coûts et de ressources humaines, les hôtels de la gamme supérieure y sont très attachés: «nous avons changé notre offre pour la rendre plus américaine et les ventes augmentent. La fréquentation du bar n'en pâtit pas car les produits sont différents», déclare au Figaro le service restauration du Marriott 5* des Champs-Élysées qui propose dans chacune de ses 200 chambres un réfrigérateur à moitié rempli, afin que les clients puissent également stocker leurs propres produits. Et si la classification des hôtels français commande aux établissements de ce standing d'offrir un service de minibar, «nous le proposerions même si la norme ne nous l'imposait pas» complète-t-on au Marriott. L'avenir du minibar est assuré de ce côté-ci de l'Atlantique.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant