Condamné à mort, Hank Skinner a une nouvelle raison d'espérer

le
0
La Cour suprême américaine autorise le condamné à mort à saisir un tribunal fédéral pour contester le fait que le Texas ait refusé de le laisser effectuer des tests ADN. Analyses qui, selon lui, l'innocenteront.

Loin d'être sorti d'affaire, le condamné à mort américain, Hank Skinner, a toutefois obtenu le droit de se défendre. Lundi soir, la Cour suprême des Etats-Unis l'a autorisé à faire réaliser des tests ADN pour prouver son innocence dans le triple meurtre pour lequel il est condamné. A 48 ans, Hank Skinner est accusé d'avoir tué sa compagne et les deux fils de celle-ci en 1993. Crimes qu'il a toujours niés.

En vertu de la loi sur les droits civils, la plus haute juridiction des Etats-Unis a donc jugé que le condamné à mort devait pouvoir poursuivre devant la justice fédérale son combat contre le refus du Texas de le laisser effectuer, même à ses frais, des tests ADN qui pourraient selon lui prouver son innocence.

Prudente, la Cour a tenu à préciser que «le succès de ce recours ne donnerait au condamné que la possibilité d'effectuer des tests ADN» et qu'«en aucun cas» la simple obtention de ces tests n'établissait «l'illégalité de la détention».

Interrog

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant