Condamnation à mort confirmée pour un chiite en Arabie saoudite

le
0

RYAD, 25 octobre (Reuters) - Le recours contre la condamnation à mort prononcée cette année contre un religieux chiite qui avait appelé à des manifestations pour la démocratie, le cheikh Nimr al Nimr, a été rejetée par la Cour suprême saoudienne, a annoncé son frère. Mohammed al Nimr a déclaré à Reuters que la condamnation avait été confirmée à l'issue d'une audience qui s'est tenue en l'absence des avocats de la défense et des membres de la famille qui n'en avaient pas été informés. Il ne reste désormais que pour le cheikh Nimr al Nimr que la possibilité d'une grâce accordée par le roi Salman. Nimr al Nimr et six autres chiites saoudiens, dont son neveu, Ali, le films de Mohammed al Nimr, ont été condamnés à la peine capitale et à ce que leurs corps soient exposés en public. Des manifestations pourraient avoir lieu si les exécutions ont effectivement lieu, estiment des analystes politiques spécialistes de l'Arabie saoudite. L'arrestation du cheikh Nimr al Nimr en 2012 avait provoqué des manifestations de rue lors desquelles trois personnes avaient trouvé la mort, dont un policier. Ces trois décès, ainsi que d'autres, ont été officiellement décrits comme s'étant produit après des échanges de feu provoqués par des tirs ou des attaques au cocktail Molotov sur les forces de police. Mais, selon des militants locaux pour les droits de l'homme, beaucoup ont eu lieu à l'occasion de manifestations pacifiques. Au total, pas moins de 20 chiites ont été tués lors de manifestations entre 2011 et 2013 dans le quartier chiite de Katif. Ces manifestations visaient notamment à protester contre les discriminations entre communautés en Arabie saoudite. (Angus McDowall; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant