Concurrence : Bruxelles sur le point d'ouvrir un nouveau front contre Google

le
0
Concurrence : Bruxelles sur le point d'ouvrir un nouveau front contre Google
Concurrence : Bruxelles sur le point d'ouvrir un nouveau front contre Google

La Commission européenne est sur le point d'ouvrir un nouveau front contre Google, avec cette fois dans son viseur le système d'exploitation Android, qui représente plus de 80% de parts du marché mondial des smartphones, selon des sources interrogées mardi par l'AFP.La Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, "devrait faire une annonce mercredi" sur Android, a estimé une source proche de l'enquête. Mais un porte-parole de la Commission a refusé de faire le moindre commentaire à ce sujet.Il y a près d'un an, l'intraitable commissaire danoise avait ouvert une enquête contre Google pour déterminer si le géant américain n'enfreignait pas les règles européennes de concurrence avec son système Android.Cette enquête a visiblement renforcé la suspicion de l'exécutif européen, qui devrait mercredi passer à l'étape suivante, la "communication des griefs", sorte d'acte d'accusation en jargon bruxellois, selon deux sources proches du dossier.A la suite de quoi le géant américain pourra bâtir sa défense, avant une éventuelle sanction de la part de Bruxelles : une amende qui peut aller jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel du groupe, soit 7,4 milliards de dollars (en se basant sur les chiffres de 2015)."Un signe typique qu'une +communication des griefs+ approche de sa finalisation est quand la Commission demande à des partis tiers la permission d'utiliser leurs informations confidentielles dans la +communication des griefs+. Ces dernières semaines, la Commission a fait ce genre de requêtes avec des délais toujours plus courts pour les réponses à faire. La semaine dernière, elle demandait de répondre en 24 heures", a dit à l'AFP une des sources proches de l'enquête.Lundi, dans un discours à Amsterdam, Mme Vestager avait même donné une sorte d'avant goût de ce qu'elle pourrait dire mercredi : "Notre inquiétude est que, en exigeant des fabricants et des opérateurs de charger au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant