Concours général : les meilleurs élèves de France sont aussi des «cumulards»

le
1
Concours général : les meilleurs élèves de France sont aussi des «cumulards»
Concours général : les meilleurs élèves de France sont aussi des «cumulards»

«Ce n'est pas à la mode et pourtant tu es un cumulard, bravo!», a lancé ce lundi le ministre de l'Éducation, Vincent Peillon, à l'un des lauréats du Concours général qui ont raflé plusieurs prix. Nathanaël Courant, lycéen de 17 ans à Lyon, fait des maths «pour le plaisir». En plus du deuxième prix de cette matière, il a également décroché le premier prix de physique-chimie et celui de sciences de l'ingénieur. A côté, sa belle moyenne de 17,76 avec mention Très Bien à son Bac S n'est rien! Un petit génie qui, comme 126 autres jeunes talentueux, a été récompensé lors d'une cérémonie à la Sorbonne (Paris).

En plus des trois prix de Nathanaël, trois autres jeunes ont obtenu deux prix. Le plus jeune lauréat primé, Roberto André Paiva, 16 ans, lycéen à Paris, a décroché le deuxième prix en Géographie, ainsi qu'un troisième accessit en Composition française. En effet outre les prix, le jury a également décerné d'autres types de récompenses, 103 accessits et 88 mentions.

16 302 candidats

Au Concours général des lycées, 82 prix ont été accordés à 78 lauréats. Charlotte Arnaud qui espère que ce prix l'aidera à trouver une entreprise qui l'embauchera comme tailleuse de pierres. Elève d'Uzès (Gard), elle était la seule fille à concourir dans cette discipline où elle a devancé sept garçons dans une épreuve qui a duré 24 heures.

Cette année, 16 302 candidats au «Concours général des lycées et au Concours général des métiers», de son nom exact, ont été proposés par leurs professeurs dans 48 disciplines allant des mathématiques au thème latin, en passant par l'artisanat et les métiers d'arts, option métiers de la pierre ou plastiques et composites. Sous les ors et lambris du grand amphithéâtre de la Sorbonne, Vincent Peillon a loué «l'état d'esprit de coopération et d'amitié» des lauréats, leur «excellence» et le travail qui permet «de se dépasser et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le mardi 9 juil 2013 à 12:42

    Mohamed et Aziz n'ont jamais de prix c'est pas normal !