Concours de patates entre le Portugal et la Pologne

le
0
Concours de patates entre le Portugal et la Pologne
Concours de patates entre le Portugal et la Pologne

L'Euro 2016 n'est pas qu'une occasion de regarder du football au kilomètre. Non, c'est aussi les réunions entre potes à la maison pour de longues soirées de ballon. Et pour tenir la longueur, il faut savoir correctement se sustenter. So Foot a recueilli les conseils du chef cuisinier lyonnais – et fan de l'Olympique lyonnais – Grégory Cuilleron pour des apéros foot et food.

Il y a un mois, les observateurs auraient probablement donné le Portugal gagnant haut la main dans ce quart de finale face à la Pologne. Mais voilà, les polonais, malgré une efficacité offensive perfectible, offrent un football assez séduisant pour faire tomber le pseudo-favori lusitanien. Il est bien loin le temps où seuls les Biało-czerwoni de Division 1 française Jacek Bak et Piotr Swierczewski te semblaient être des valeurs sûres de la sélection...

Au fil de l'Euro 2016, le rennais Kamil Grosicki, l'ajacide Arkadiusz " Arek " Milik , l'ancien rémois désormais sévillan Grzegorz Krychowiak et le Borusse Jakub " Kuba " Błaszczykowski ont remplacé au pied levé la figure de proue défaillante Lewandowski. Ce que n'ont pas forcément su faire les membres de la Selecção à en croire Grégory Cuilleron, chef cuisinier au restaurant Cinq Mains et présentateur sur France 5 de La Tournée des popotes : " Même si on a le petit Renato Sanches qui est assez fort, beaucoup de mecs manquent au rendez-vous, comme Moutinho qu'on n'a pas vu du tout pendant la compétition. Donc Ronaldo est un peu l'arbre qui cache la forêt portugaise. Sauf que l'arbre a un peu perdu ses feuilles. "

Le monde à l'envers ? Probablement. Dans tous les cas, ce serait comme voir la gastronomie portugaise, plus savoureuse sur le papier, supplantée par la polonaise. Les pasteis de bacalhau battus à plates coutures par les klouskis. Ou presque selon le cuisinier lyonnais : " Les champs de patates en Pologne sont légion mais ils arrivent tout de même à produire du beau jeu. Ça joue bien, c'est sympa à voir et c'est clairement plus léger et digest que la gastronomie du pays. " Pour jouer sur l'imprédictibilité de ce match, Cuilleron préconise d'éviter " de jouer sur les choses trop simples donc dégageons la morue " sans toutefois s'écarter de ce qui fait le sel des cuisines des équipes qui s'affrontent ce soir : la pomme de terre. " On pourrait faire des beignets de pomme de terre et comme ça, on y adjoint l'amour pour la friture de nos amis portugais. On part d'une base purée, on va rajouter des œufs, de la farine. On roule ça dans la chapelure et on fait frire ", explique le cuisinier. Parce que les deux équipes évolueront pour ce quart de finale au Stade Vélodrome de Marseille, dont la qualité de la grasse pelouse…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant