Concours d'enseignants 2017 : hausse de 5 % des inscriptions

le
0
Le lycée Montesquieu, à Bordeaux.
Le lycée Montesquieu, à Bordeaux.

Dans le secondaire, plusieurs matières « déficitaires » bénéficient de ce regain d’intérêt : les mathématiques, les lettres modernes et les lettres classiques.

Le nombre de candidats inscrits à la session 2017 des concours d’enseignants a progressé de 5 %, a annoncé lundi 31 octobre le ministère de l’éducation nationale dans un communiqué. Cette progression intervient « alors que le nombre de postes offerts au concours se stabilise », souligne la rue de Grenelle.

Pour 2017, il y aura 30 991 postes aux concours de professeurs et de conseillers principaux d’éducation (CPE) dans l’enseignement public. Il s’agit à la fois de compenser les départs à la retraite et d’achever les 60 000 créations de postes promises sur le quinquennat par François Hollande, dont 54 000 dans l’éducation nationale.

Avec 189 885 candidats, « le nombre d’inscrits s’établit à un niveau similaire à celui connu vers 2008, c’est-à-dire avant les suppressions de près de 80 000 postes » sous Nicolas Sarkozy, souligne le communiqué.

Stabilité dans les académies « sous tension » La ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem « se félicite de ces bons chiffres qui confirment un engouement retrouvé pour le métier enseignant et permettent d’espérer un nombre de lauréats à la hauteur des besoins de recrutement ».

En primaire, le nombre d’inscrits progresse de 5,3 % au niveau national. Parmi les 30 académies, « 19 connaissent une progression du nombre d’inscrits » au concours des professeurs des écoles, mais Paris et Besançon affichent un recul, indique le ministère, sans en préciser l’ampleur.

Les académies dites « sous tension » ont-elles « un nombre d...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant