Concordia : le ras-le-bol de l'île du Giglio

le
0
L'île où s'est abîmé le paquebot il y a un an n'en peut plus de vivre avec l'épave.

«Tous les jours on pense à cette nuit», répète le village comme dans un écho. La petite île du Giglio ne s'est pas encore remise du traumatisme causé par le naufrage du Costa Concordia, dans la nuit du 13 janvier 2012. Le gouvernement italien y a prolongé vendredi d'un an l'état de catastrophe naturelle. Toujours présent, l'énorme cadavre du navire, alangui sur ses côtes, impose de revivre encore et chaque jour une tragédie que les habitants voudraient vivre comme un lointain souvenir. Un an après, le chaos des opérations de sauvetage a cédé sa place à l'organisation du chantier pour remorquer l'épave. Les travaux ont pris un retard considérable par rapport aux plans. Prévu en février 2013, le renflouage ne devrait pas avoir lieu avant l'été, selon les experts des entreprises américaine Titan et italienne Micoperi, en charge de cette opération. La région toscane, elle, prévoit ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant