Conclave : les ressorts secrets d'un scrutin

le
0
Mardi soir, le premier tour a permis de faire le compte des grandes forces en présence.

Envoyé spécial à Rome

Tous la main posée sur la Bible, les cardinaux prêtent serment. Les voilà embarqués pour une étrange croisière sur la barque de Pierre. On lit sur les visages le poids de la responsabilité. Doublé, pour les «papabili», d'un vertige palpable. Plus que d'autres, ils portent sur eux ce qui peut les attendre. L'un d'eux sortira de cette chapelle vêtu de blanc. Et pour longtemps. Ses champions sont-ils des concurrents? Ils le sont mais sans doute moins que les commentaires ne le laissent supposer. Parvenus en ce lieu, ils vivent un étrange mélange. Il y a le désir d'unité et de fraternité qu'ils revendiquent mais aussi la volonté de choisir le «meilleur» pour «le bien de l'Église». Il y a aussi des alliances et des calculs - même si la Constitution qui régit la succession apostolique les interdits - mais aussi la «grâce spirituelle d...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant