Comptes publics : le déficit s'est réduit de 8,3 milliards en un an

le
7
Comptes publics : le déficit s'est réduit de 8,3 milliards en un an
Comptes publics : le déficit s'est réduit de 8,3 milliards en un an

Le déficit de l'Etat français s'est établi fin mai à 64,3 milliards d'euros, en baisse de 8,3 milliards sur un an, a annoncé Bercy ce mardi. Au 31 mai 2014, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) se sont établies à 124 milliards d'euros (117,6 milliards à fin mai 2013), en hausse de 6,4 milliards d'euros, précise le ministère des Finances.

Dans le dernier collectif budgétaire, rappelle Bercy, les prévisions de recettes fiscales nettes de l'Etat avaient été révisées à la baisse de 5,3 milliards d'euros «en raison des moins-values constatées en fin d'année 2013», notamment sur l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Cet écart entre prévision et exécution a été vivement critiqué, notamment par la Cour des comptes dans son dernier rapport.

«S'agissant de l'impôt sur le revenu, l'écart constaté à fin mai par rapport à la même période l'année dernière résulterait notamment d'un effet calendaire lié à la fusion des avis d'imposition d'impôt sur le revenu et de contributions sociales», explique le ministère.

Les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) ont diminué de 2,7 milliards en mai, à 166,6 milliards d'euros. «Déduction faite des dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir, dotation au Mécanisme Européen de Stabilité et à la Banque Européenne d'Investissement), le montant des dépenses ressort en diminution de 2,6 milliards par rapport au 31 mai 2013», précise Bercy.

Quant au déficit des comptes spéciaux, jugé «pas significatif à ce stade de l'année» car appelé à se résorber au dernier trimestre, il s'est creusé en mai, à 21,7 milliards contre 20,9 milliards il y a un an. Bercy explique ce glissement par «le fonctionnement du compte d'avances aux collectivités territoriales, par lequel l'Etat avance, en début d'année, aux collectivités le produit des impôts locaux avant de percevoir effectivement, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 8 juil 2014 à 14:28

    C'EST TOUJOURS LE DÉFICIT

  • pierry5 le mardi 8 juil 2014 à 14:23

    Les conditions économiques mondiales étant assez bonne pour le moment je pense que les 4% de 2014 seront bien réalisés mais en 2015, il faudra compter à nouveau sur 6,5% ( si pas plus ) avec un rattrapage annuel pour arriver à 3 à 4% en 2021 .....( si on arrive sans casse jusque là ) on en reparlera.

  • domin288 le mardi 8 juil 2014 à 13:51

    "Déduction faite des dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir, dotation au Mécanisme Européen de Stabilité et à la Banque Européenne d'Investissement)". On emprunte pour donner. Sapin, as tu 80000 € que je puisse les offrirs a Don Corleone?

  • wchris le mardi 8 juil 2014 à 13:23

    Déjà pour commencer, il devrait être écrit dans la constitution que pour être ministre des finances un doctorat en économie est exigé. Si on rapporte ce bel exemple à un particulier qui gagne 2000€, c'est comme d'il disait ce mois-ci j'ai réussi à ne dépenser que 2450€ au lieu de 2500. Youpi j'ai réduit mon déficit de 50€, à la fin de l'année ma banque me dira que je suis à la cave de 450 x 12= 5400€ ! (environ salaire x 3) Yes !

  • ceriz le mardi 8 juil 2014 à 13:02

    députés , sénateurs , ministres , et tous les élus trop payés pour leurs résultats: minables!en entreprise: ces gens là seraient virés!

  • fquiroga le mardi 8 juil 2014 à 12:59

    Annoncer le positif pour cacher de dérapage..... Et l'année n'est pas encore finie.....

  • finkbro1 le mardi 8 juil 2014 à 12:58

    on peut faire dire ce qu on veut aux chiffres, petit exemple simple, on rajoute au pib l argent de la drogue et de la prostitution ( même si personne ne connait son montant ), à dépense des administrations égale, on arrive à dire que sa part dans le pib baisse, merveilleux.