Comptes délaissés : Eckert dénonce le manque de zèle des banques

le
7

Le secrétaire d'État au Budget met la pression sur les établissements financiers pour qu'ils recherchent les titulaires de comptes oubliés, comme l'impose la loi depuis le 1er janvier 2016.

«Les banques n'ont pas fait preuve d'une grande volonté». Christian Eckert ne mâche pas ses mots. Dans une interview au Parisien-Aujourd'hui-en-France ,le secrétaire d'État au Budget critique les établissements financiers sur la gestion des milliards d'euros oubliés sur les comptes bancaires. Depuis le 1er janvier, une loi, qui porte son nom, impose aux banques de recenser les comptes où dorment ces économies et leur demande d'en informer les titulaires. Avant cette date, rien ne les y obligeait. «Il est (donc) normal que nous ne disposions pas encore de chiffres réactualisés par rapport à l'estimation de la Cour des comptes», répond Christian Eckert. Il n'empêche, le locataire de Bercy regrette que les banques ne fassent pas preuve de zèle.

Il est difficile de savoir à combien s'élève les montants répartis sur des centaines de milliers de comptes et autres livrets d'épargne qui dorment dans les banques françaises. La Cour des comptes l'estime à près de quatre milliards d'euros, dont environ 1,2 milliard pour le seul Livret A. Sur ce 1,2 milliard d'euros, un peu plus de 900 millions proviennent de comptes détenus par la Banque postale et les Caisses d'Épargne, les deux distributeurs historiques du Livret A, aujourd'hui disponible dans toutes les banques. Problème: ces calculs datent de...2013. «Je pense que (cette estimation est minorée) et que ces chiffres sont dépassés, affirme Christian Eckert. Même s'il s'agit le plus souvent de faibles sommes, je suis très surpris par le nombre de personnes concernées par cette question de comptes bancaires abandonnées».

Après trente ans, l'argent va à l'État

Quoi qu'il en soit, il est conseillé de ne pas attendre que les banques effectuent elles-mêmes les démarches. Même si les frais sont désormais plafonnés avec la loi Eckert, un compte inactif coûte environ 30 euros par an à son détenteur. Selon le texte, un compte est dit inactif si aucun virement ou prélèvement n'y a été effectué durant douze mois consécutifs pour un compte courant ou un compte chèque, durant cinq ans pour un livret d'épargne, compte titres ou épargne salariale. Pour un coffre, le délai est porté à dix ans.

La loi ajoute qu'au bout de dix années d'inactivité, un compte sera clôturé et les banques devront transférer, à partir du mois de juillet prochain, les avoirs à la Caisse des Dépôts où ils resteront pendant vingt ans. Leurs titulaires pourront les récupérer à tout moment. Mais s'ils ne se manifestent pas, leurs économies iront remplir les caisses de l'État.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gchevrie il y a 11 mois

    Faut reconnaitre que question zéle , Eckert en connait un rayon pour la création de taxes en tous genres !

  • sibile il y a 11 mois

    la gauche toujours pressée de confisquer le bien des autres s'impatiente .....

  • mucius il y a 11 mois

    Le fonctionnaire Eckert s'en prend aux banques. D'un banal! C'est sa réponse à tous les problèmes. Mais ça plaît au peuple français.

  • mlemonn4 il y a 11 mois

    Les banques et les assureurs, comme d'ailleurs nos technocrates qui sont à leur tête pour les servir puisque maintenant ils sont les percepteurs de l'Etat, sont les spoliateurs à l'échelle industrielle de la richesse du pays! Quand une majorité de français aura compris cela, et le nombre ne cesse de grandir chaque jour car l'économie parallèle revient à grand pas, alors ils auront vraiment du souci à se faire ! C'est la raison pour laquelle ils s'intéressent de si près à l'économie solidaire !

  • frk987 il y a 11 mois

    Une anecdote : en 1975, les caisses d'épargne affichaient les comptes sans mouvements depuis 1940, c'était purement hallucinant, les murs étaient couverts de noms.......juifs pour 90%.......Curieux, isn't it ?????

  • frk987 il y a 11 mois

    Probablement trop simple que chaque individu soit identifié par son numéro INSEE, charge à l'INSEE d'aviser TOUS les organismes du décès...mais tellement de parasites profitent de ce système que ce serait dommage de s'en priver.

  • frk987 il y a 11 mois

    Dans notre pays la mort n'existe pas, il n'y a qu'à voir ne serait-ce que les listes électorales où le défunt reçoit sa carte d'électeur 5 ans après sa mort....c'est identique pour les retraites, la SS et les banques.