Comptes courants déficitaires de 4 milliards d'euros en août

le
2
ACCROISSEMENT DU DÉFICIT DES PAIEMENTS COURANTS
ACCROISSEMENT DU DÉFICIT DES PAIEMENTS COURANTS

PARIS (Reuters) - Le déficit des paiements courants de la France s'est accru à 4,0 milliards d'euros en août après 2,6 milliards en juillet, un chiffre revu légèrement à la hausse, selon les chiffres publiés vendredi par la Banque de France.

Le déficit de juillet avait été annoncé dans un premier temps à 2,5 milliards.

En août, le déficit des échanges de biens a augmenté à 5,7 milliards après 4,3 milliards le mois précédent. Parallèlement, l'excédent des échanges de services est resté quasi stable à 2,1 milliards contre 2,0 milliards un mois plus tôt.

De même, le solde des revenus a peu varié (+2,7 milliards après +2,8 milliards) et le déficit des transferts courants est resté stable à 3,1 milliards.

Le compte financier montre des entrées nettes d'investissements directs de 0,6 milliard après des sorties de 5,0 milliards en juillet.

La Banque de France fait état dans son communiqué d'un ralentissement des investissements français à l'étranger (-3,6 milliards après -11,0 milliards) tandis que les investissements des non-résidents en France ont diminué parallèlement à 4,2 milliards contre 6,0 milliards en juillet.

Les investissements de portefeuille ont enregistré des entrées nettes de capitaux de 5,2 milliards d'euros : les résidents ont diminué leurs avoirs de 8,3 milliards pendant que les non-résidents procédaient à des achats nets de titres français pour 13,5 milliards.

Les autres investissements (prêts et emprunts) enregistrent des entrées nettes de capitaux de 12,7 milliards, en hausse par rapport aux 7,4 milliards de juillet.

Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • speedy36 le vendredi 12 oct 2012 à 10:02

    la preuve, tu es toujours boursicoteur !!!! non

  • M9566237 le vendredi 12 oct 2012 à 09:47

    Plus de 3 millions de chômeurs, une dette qui ne cesse d'augmenter, un commerce extérieur en berne et certains essayent de vous persuader que tout va bien.