Compte pénibilité : le bras de fer continue entre les patrons et le gouvernement

le
4
Compte pénibilité : le bras de fer continue entre les patrons et le gouvernement
Compte pénibilité : le bras de fer continue entre les patrons et le gouvernement

Les organisations patronales ont appelé depuis lundi à une semaine de mobilisation pour protester, notamment, contre la fiscalité des entreprises, la durée minimale de travail de 24 heures hebdomadaires pour les nouveaux contrats à temps partiel ou encore l'obligation d'informer les salariés en cas de cession de l'entreprise... Mais c'est surtout l'entrée en vigueur du compte personnel de prévention de la pénibilité à partir du 1er janvier 2015 qui cristallise les tensions entre le gouvernement et les entreprises.

En janvier, Jean-Marc Ayrault avait proposé l'idée de ce compte pénibilité en contrepartie du report de l'âge de la retraite, afin de faire passer sa réforme. Sur le fond, l'idée n'est guère critiquable : prendre en compte les contraintes des métiers les plus durs ou dangereux, pour permettre aux salariés de cumuler des points leur donnnat droit à une formation pour trouver un nouveau travail ou anticiper un départ à la retraite. 

Aujourd'hui, les patrons dénoncent le coût et la complexité de sa mise en oeuvre :

- Le coût. La mise en œuvre du compte pénibilité, selon une enquête des industries de métallurgie (IUMM) va coûter en moyenne entre 500 et 600 euros par an et par salarié, concerné par le dispositif. «Outre la cotisation de base et la cotisation spécifique pour les employeurs de salariés exposés, les entreprises devront en effet prendre en charge la gestion administrative et technique particulièrement chronophage de la traçabilité et de la déclaration de la pénibilité. Une gestion qui sera d'autant plus lourde pour les PME et TPE, qu'elles sont moins outillées», explique Jean-François Pilliard, le délégué général de l'IUMM.

- La mesure. Il existe dix critères comme le travail de nuit, le travail en 3X8... Mais d'autres sont plus difficiles à étudier. Ainsi, selon l'IUMM, il faut soulever quotidiennement plus de 15 fois un objet de plus de 10 kg avec un mouvement de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • voeuxplu le jeudi 4 déc 2014 à 16:03

    A force de principe "égalitariste", on finit par créer des injustices et payer 2 fois! Le compte pénibilité est absurde car la pénébilité est déjà dans les salaires et les innonbrables "primes" ! Il existe même à la SNCF, une "prime de non prime" !! un comble non?

  • M8252219 le jeudi 4 déc 2014 à 14:00

    Ils pourront voyager plus longtemps à l’œil et aux frais des contribuables

  • M8252219 le jeudi 4 déc 2014 à 13:58

    avec le compte pénibilité ils vont partir à 49 ans en retraite.

  • M8252219 le jeudi 4 déc 2014 à 13:55

    Une photo de la SNCF!!!! ils travaillent déjà moins de 35h, partent en retraite avant les autres à 56 ans en moyenne certains à 52 ans et bénéficient d'avantages inadmissibles billets gratuits pour toute la famille jusqu'à la Nem génération!