Compte pénibilité : cette incroyable agression de l'État contre les entreprises !

le
0
Une manifestation en 2009. La prise en compte de la pénibilité est une vieille idée de la CFDT.
Une manifestation en 2009. La prise en compte de la pénibilité est une vieille idée de la CFDT.

Tout est parti de la CFDT : vouloir compenser le travail "pénible" de certains salariés en leur donnant des avantages spécifiques comme de prendre leur retraite plus tôt "afin que l'injustice de la différence d'espérance de vie liée à la pénibilité du travail soit réparée". Un peu comme les 35 heures : continuer à faire 39 heures par semaine, mais en contrepartie d'un droit nouveau à des RTT. Dans les deux cas, un "progrès social", mais au détriment des entrepreneurs chargés de le financer, avec en arrière-plan des 35 heures l'utopie du "partage du travail" pour lutter contre le chômage. Sur les retraites, le débat avait été bêtement installé en 2008 par le gaulliste "social" François Fillon qui avait accepté de définir certains facteurs de pénibilité pouvant être pris en compte dans le régime de retraite, mais sous condition expresse d'avis médicaux afin d'empêcher les abus. Une nouvelle boîte de Pandore avait ainsi été ouverte et un nouveau droit avait été créé dans la logique des régimes spéciaux. Funeste erreur. Un coût de 2 milliards d'eurosLa gauche revenue au pouvoir, la CFDT n'a eu de cesse de vouloir encore plus - toujours plus ! - et a fini par obtenir le maximum avec la création d'un "compte pénibilité", le patronat étant mis dans l'impossibilité de s'y opposer. Et pour faire bonne mesure, comme pour les 35 heures, les technocrates ont pondu une nouvelle usine à gaz quasiment impossible à appliquer....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant