Compte Facebook sur les pilotes non grévistes: Air France porte plainte

le
0
Compte Facebook sur les pilotes non grévistes: Air France porte plainte
Compte Facebook sur les pilotes non grévistes: Air France porte plainte

Déplorant des méthodes d'intimidation, la direction d'Air France va déposer plainte mercredi à la suite de l'ouverture d'un compte sur le réseau social Facebook recensant les pilotes non grévistes de la compagnie française."Nous allons déposer une plainte dans la journée auprès du Tribunal de grande instance de Bobigny pour entrave à la liberté du travail, détournement de fichiers et abus de confiance", a indiqué à l'AFP un porte-parole, précisant avoir saisi Facebook et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) dès mardi.Des pilotes non grévistes ont informé la direction être recensés sur ce compte baptisé "Anti-Jaunes" avec divulgation d'informations d'ordre privé."Le droit de grève doit être respecté mais toutes les intimidations à l'encontre des non grévistes, qui s'élèvent à 40%, doivent être fermement condamnées", a commenté le porte-parole.Selon lui, Facebook a demandé mardi après-midi la clôture de ce "faux profil" baptisé "Anti-jaunes Patrick", qui agit en tant qu'administrateur du groupe."Nous ne sommes pas au courant de ce compte Facebook, ce n'est en tout cas pas une initiative du SNPL", a affirmé Jean-Louis Barber, président de ce syndicat majoritaire. "Nous la condamnons évidement. Mais si cela existe, cela montre que la base commence à être incontrôlable", a-t-il estimé.Le SPAF, autre syndicat de pilotes ayant appelé à la grève, n'a pas souhaité faire de commentaires.Interrogée par l'AFP, la Cnil a précisée ne pas avoir été saisie "mais simplement consultée oralement par la Direction Juridique d'Air France sur ce sujet".Elle a souligné que la page semblait avoir été supprimée, "auquel cas il n'y a plus de traitement de données à caractère personnel", mais que dans le cas contraire les personnes concernées (c'est-à-dire les membres du personnel ayant été dénoncés) devaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant