Compte de campagne de Sarkozy: une sanction «sévère et disproportionnée»

le
0
INTERVIEW - L'avocat de l'ancien président de la République, Philippe Champetier de Ribes, critique l'invalidation du compte de campagne de Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel.

LE FIGARO. - Les Sages, qui ont confirmé le rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy, ont-ils fait droit à certains de ses arguments?

Philippe CHAMPETIER DE RIBES. - Le Conseil constitutionnel a reconnu qu'il n'y avait eu aucune confusion des genres et que le président de l'époque n'avait donc pas utilisé les moyens de l'État pour faire campagne lors de la quasi-totalité des dix événements incriminés par la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP). Seule une part des frais de la réunion publique à Toulon n'avait pas à être prise en charge par l'État, a considéré le Conseil. La critique adressée par la gauche à Nicolas Sarkozy pendant la présidentielle a donc volé en éclats.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant