Compromis sur Florange : les gagnants et les perdants

le
0
DECRYPTAGE - L'accord conclu entre le gouvernement et le groupe ArcelorMittal offre une porte de sortie à la fois à l'Etat et au sidérurgiste au terme de deux mois de bras de fer. » Florange : un compromis a minima

Le gouvernement

Un des objectifs affichés par le gouvernement, maintes fois réaffirmé par son ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, était de maintenir en activité les deux derniers hauts-fourneaux lorrains. De ce point de vue, l'accord de vendredi est un échec pour lui. Les apparences ne sont sauves qu'avec la promesse d'ArcelorMittal de les entretenir dans l'hypothèse où le programme Ulcos, visant à produire de l'acier avec des émissions de CO2 réduite, était lancé. De nombreuses incertitudes pèsent cependant encore avant le lancement effectif d'Ulcos, qui nécessite le feu vert -et les financements - de la Commission européenne.

Autre revers pour l'Etat, la recherche d'un repreneur pour ces hauts...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant