Compromis à la conférence sur le climat de Varsovie

le
0
COMPROMIS À LA CONFÉRENCE SUR LE CLIMAT À VARSOVIE
COMPROMIS À LA CONFÉRENCE SUR LE CLIMAT À VARSOVIE

par Nina Chestney et Alistair Doyle

VARSOVIE (Reuters) - Les quelque 200 pays représentés à la conférence de l'Onu sur le climat ont finalement maintenu samedi leur objectif de parvenir à un nouvel accord sur le climat en 2015 grâce à un compromis entre pays riches et pays pauvres sur le partage des efforts nécessaires pour ralentir le réchauffement climatique.

Les discussions, qui ont duré deux semaines dans la capitale polonaise, devaient se terminer vendredi, mais elles ont été prolongées jusqu'à samedi le temps de parvenir à un accord.

Il s'agissait de sortir de l'impasse sur la question du calendrier du nouvel accord sur le climat, premier accord onusien qui fixerait des objectifs en matière d'émissions de gaz à effet de serre pour tous les pays. Ce pacte doit être conclu lors d'une prochaine conférence à Paris en 2015 et entrer en vigueur après 2020.

Les négociateurs se sont finalement mis d'accord pour que tous les pays travaillent à réduire leurs émissions, et ce, dès que possible et dans l'idéal pour le premier trimestre de 2015.

Sous le régime du dernier accord sur le climat, le Protocole de Kyoto, seuls les pays les plus développés étaient tenus de limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles les Etats-Unis n'avaient pas accepté ce texte. Washington voulait que des pays en forte croissance économique comme la Chine et l'Inde participent également aux efforts.

"Juste à point nommé, les négociateurs à Varsovie ont fait suffisamment pour que le processus puisse continuer", a déclaré Jennifer Morgan du World Resources Institute.

L'AIDE AU CLIMAT EN QUESTION

Avant samedi, le seul accord concret avait été un accord sur la protection des forêts tropicales, qui jouent un rôle très important dans l'absorption des émissions de dioxyde de carbone.

Même après la fin du blocage, les discussions ont continué sur une autre question qui a divisé pays riches et pays pauvres : l'aide que les pays développés doivent verser à ceux en développement pour les aider à réduire leurs émissions et s'adapter aux conséquences du changement climatique.

Les pays industrialisés, qui avaient convenu en 2009 de faire passer leur assistance en matière de climat à 100 milliards de dollars (75 milliards d'euros) par an à partir de 2020, contre dix milliards de dollars par an entre 2010 et 2012, se sont montrés réticents samedi à fixer des objectifs pour la période 2013-2019.

Un projet d'accord se contentait seulement de demander aux pays développés de mettre en oeuvre des "niveaux plus élevés" d'aide. Ce texte suggérait aussi que ces pays fassent un point tous les deux ans sur l'état d'avancement de leurs efforts pour parvenir au niveau de 100 milliards de dollars.

Les délégués à Varsovie ont également discuté d'un "Mécanisme de Varsovie" qui donnerait des outils aux pays en développement à faire face aux événements climatiques extrêmes, vagues de chaleur, sécheresses ou inondations, montée du niveau des mers ou désertification.

Les pays en développement veulent un "mécanisme" bien séparé des structures existantes même si les pays riches disent qu'il ne sera pas abondé au-delà des 100 milliards de dollars par an prévus à partir de 2020.

Avec Susanna Twidale, Stian Reklev et Michael Szabo; Julien Dury et Danielle Rouquié pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant