Comprendre le fonctionnement des primes d'assurance vie

le , mis à jour le
0

Lorsque vous signez un contrat d'assurance vie, vous vous engagez à verser des primes à votre assureur. Différentes possibilités existent, c'est pourquoi nous avons fait pour vous le point sur le fonctionnement des primes d'assurance vie.

Comprendre le fonctionnement des primes de l'assurance vie
Comprendre le fonctionnement des primes de l'assurance vie

Les différents types de prime

Lors de la souscription d'une d'assurance vie, l'assuré a la possibilité de verser des primes sous différentes formes.
Le premier type est la prime fixe ou périodique. Les échéances et montants sont fixés en amont et restent identiques durant toute la durée du contrat. Elles peuvent être mensuelles, trimestrielles, semestrielles ou annuelles. Cette méthode permet de construire une épargne à un rythme régulier. En cas de rentrée d'argent ponctuelle, il est possible d'effectuer un versement libre ponctuel mais dans ce cas, les frais sont souvent plus élevés.
Un contrat d'assurance vie peut aussi se signer avec une formule de primes variables ou libres. L'assuré peut alors agir comme il le souhaite et donc augmenter, diminuer ou même cesser le paiement de la prime. Dans cette situation, un montant minimal peut être exigé à la souscription ainsi que pour les versements. Cette méthode permet de se constituer une épargne au gré de ses possibilités, et de prendre date pour préparer le placement ultérieur de sommes plus importantes.
Lorsqu'il touche une somme importante, l'assuré peut aussi opter pour un fonctionnement par prime unique versée au moment de la souscription du contrat. Ce type de contrat présente souvent des frais moins élevés que les autres formules. En revanche, tout nouveau versement ne peut venir se cumuler avec le premier et doit faire l'objet d'un nouveau contrat.

Attention aux primes exagérées !

L'assurance vie étant un moyen de préparer sa succession, elle est soumise à certaines règles notamment concernant le montant des primes versées.
En effet, en droit français, certains héritiers sont dits « réservataires », c'est à dire qu'une part du patrimoine du défunt doit obligatoirement leur revenir. Ces héritiers sont les enfants ou leurs descendants s'ils sont décédés ou, s'il n'y a pas d'enfants, le conjoint non divorcé. Si les primes versées sur l'assurance vie ne respectent pas la part due aux héritiers réservataires, elle est considérée comme manifestement exagérée et doit être revue à la baisse.
La partie du patrimoine que l'assuré peut prévoir de léguer par son contrat d'assurance vie est appelée « quotité disponible ». Elle dépend du nombre d'héritiers réservataires. Par exemple, avec un seul héritier réservataire, la quotité disponible s'élève à 50% du montant total du patrimoine de l'assuré, 33% avec deux héritiers réservataires…

Trucs et astuces

Attention à bien choisir votre type de primes. En règle générale, si l'assuré ne paie pas les primes prévues au contrat, des sanctions sont prévues :

  • - fermeture du contrat avec pénalité de sortie égale à environ 5% de l'épargne déjà investie ;
  • - poursuite du contrat avec une diminution du taux de rémunération.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant