Comprendre le feuilleton budgétaire américain

le
13
Barack Obama fait face à une opposition inflexible.
Barack Obama fait face à une opposition inflexible.

Nouvel épisode dans le feuilleton sur les finances publiques américaines. Après le mur budgétaire, les coupes automatiques, le séquestre, le plafond de la dette, voici donc le "shutdown", ce mardi. De quoi y perdre son latin pour tous les non-spécialistes du système politique américain et de ses règles budgétaires. Explications sur un feuilleton qui paraît chaque fois rejouer l'épisode précédent. Premier épisode : le plafond de la dette

Aux États-Unis, le dépassement d'un certain niveau de dette doit être approuvé par le Congrès. Ce qui normalement ne pose pas de problème : depuis l'instauration de cette règle en 1917, la limite à l'endettement a été relevée une centaine de fois. Mais les républicains engagent à l'été 2011 une épreuve de force avec Barack Obama et sa majorité démocrate au Sénat, poussés par le mouvement ultra-conservateur du Tea Party. Majoritaires à la Chambre des représentants, ils refusent de donner un blanc-seing à la Maison-Blanche à moins qu'elle n'adopte une politique économique plus conforme à leurs attentes. Afin d'obtenir l'indispensable autorisation de continuer à financer l'État fédéral par la dette, le président est finalement obligé d'accepter un mécanisme de coupes automatiques massives dans les dépenses publiques, si aucun accord entre les deux partis n'est trouvé avant le 1er janvier 2013. Les États-Unis passent à deux doigts du défaut de paiement, un événement aux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CP1871 le mercredi 2 oct 2013 à 08:29

    Et oui mon ptit mulâtre, tes années de gloire sont derrière toi..

  • g.cado le mercredi 2 oct 2013 à 07:30

    Si seulement cela se produisait en france!!! On verrait que sans les fonctionnaires d'état le pays marche aussi bien et coûte bien moins cher.

  • Rockfund le mercredi 2 oct 2013 à 02:15

    PIPEAU, PIPEAU, PIPEAU, PIPEAU, PIPEAU, PIPEAU.... Il y a quelques jours ils avaient tout l'argent nécessaire pour bombarder la Syrie.... Aujourd'hui ils n'ont même plus les fonds nécessaire pour ouvrir leurs musées et payer leurs fonx !! allons.....

  • tibetain le mardi 1 oct 2013 à 21:23

    Je ne veux pas vous terrifier Américains mais nous quand on a la dent creuse et qu'on a des maf.ias on sait fouetter les ord.ures. Alors on va pas tarder!

  • tibetain le mardi 1 oct 2013 à 21:17

    Les pauvres ont gagné cette bataille dans le pays le plus extraordinairement riche et ils pleurent, honte a vous tea party et les sortes de ma.fieux!!!

  • tibetain le mardi 1 oct 2013 à 21:17

    tu ne ne l'as pas fait parce que t'avais la preuve que les plus pauvres ont perdu la trace de tes dires et ont mis le monde en alerte et eux t'ont mis le doigt dans l’œilleton.Alors, ils veulent que tu le remettes.Pendant que Mr Poutine se fait rencontre des Loups de la finance Mr Obama a les tigres qui lui parlent des orages dans les prix des armes. On est alors dans le désir de protéger tous ses désirs et peut etre plus encore...

  • jsrlak1 le mardi 1 oct 2013 à 19:57

    Et, ils comptent augmenter la dette encore longtemps ? Il faut bien qu'à un moment ou à un autre, cela s'arrête...

  • jyth01 le mardi 1 oct 2013 à 19:57

    Le Reve: que les 80% de fonctionnaires français qui sont dans le présentéisme grace aux impots du privé se voient annoncer: demain restez chez vous, les contribuables ne peuvent plus vous payer! Quel pied ce serait!!!

  • techluxo le mardi 1 oct 2013 à 19:52

    bah il print avec la planche a billet lol

  • techluxo le mardi 1 oct 2013 à 19:51

    ik nous la joue comment les US ? mdr ça suffit les doutes