Complètement dingues de foot

le
0
Complètement dingues de foot
Complètement dingues de foot

POURQUOI DIABLE saute-t-on au plafond et hurle-t-on à s'en décoller les poumons quand notre équipe marque un but ? Qu'est-ce qui pousse le plus poli d'entre nous à insulter l'arbitre avec autant de mauvaise foi ? Qu'on soit supporteur fidèle ou simple « footix », il semblerait que le roi des sports nous fasse facilement perdre la raison. Il faut dire qu'en matière de suspense, le foot est généreux : la nature du but, bien plus rare et crucial qu'un panier en basket, et souvent plus soudain qu'un essai en rugby, rend le résultat plus incertain. Sans parler de la quasi-absence de temps mort qui maintient la pression en permanence. Les hormones du stress Quel écho ce suspense trouve-t-il dans l'organisme d'un fan de foot ? « Son cerveau, qui perçoit la possible défaite de son équipe comme un danger, envoie à chaque situation chaude un avertissement aux glandes surrénales, qui en réponse produisent les hormones du stress, dont l'adrénaline », explique Pierre Setbon, cardiologue, spécialiste du stress. En fouettant le coeur, c'est cette dernière qui génère ces palpitations, sensation de souffle coupé ou de boule au ventre. Les psychologues appellent même ça l'eustress, un mélange d'euphorie et de stress très addictif. Mais ce stress justifie-t-il que le plus sage des supporteurs passe sa soirée à jurer contre l'arbitre, en dépit de tout bon sens ? Evidemment non, il s'agit là d'un « biais cognitif » bien connu des spécialistes de la psychologie du fan, dont Susan K. Withbourne, professeur à l'université du Massachusetts : « Le supporteur voit le match tel qu'il veut qu'il soit, et non tel qu'il est. Tout ce qui va contre son intuition est balayé. Le factuel ne compte plus. » Et la main de Thierry Henry contre l'Eire en 2009 non plus. Un piège psychologique Dans le même genre, explique la psychologue, un supporteur se met arbitrairement à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant