Compétitivité : le rapport qui bat en brèche les idées reçues

le
5
Dans l'aéronautique, la France est championne de la compétitivité hors prix, comme dans la maroquinerie où elle se classe deuxième, grâce notamment au pouvoir de ses marques. 
Dans l'aéronautique, la France est championne de la compétitivité hors prix, comme dans la maroquinerie où elle se classe deuxième, grâce notamment au pouvoir de ses marques. 

Comment enrayer le déclin de la compétitivité française ? Manuel Valls cherche visiblement à affiner son point de vue sur cette question controversée. Mercredi, le Conseil d?analyse économique (CAE) a dévoilé les résultats d'une nouvelle étude* commandée par Matignon. Les quatre auteurs se sont penchés sur les causes de la baisse sensible des parts de marchés françaises à l?export depuis 1995. Et leurs conclusions battent en brèche quelques idées reçues.

Idée reçue numéro 1 : la France est mal spécialisée dans le commerce mondial

Le dévissage des parts de marché de la France, particulièrement prononcé par rapport à ses concurrents de l?OCDE (une fois exclus la plupart des pays émergents), ne vient ni d?une mauvaise spécialisation sectorielle ni d?une mauvaise spécialisation géographique. Comme d'autres pays européens, la France est pénalisée parce qu'elle exporte beaucoup vers ses voisins européens en manque de croissance. "Mais l'effet géographique pénalise davantage l'Espagne et le Royaume-Uni que la France", relèvent les auteurs. Au final, "la contribution combinée de la spécialisation pays et de la spécialisation produits pour expliquer les pertes de parts de marché est quasi nulle dans le cas de la France (- 0,1 % par an en moyenne)".

Idée reçue numéro 2 : trop peu d

?entreprises exportent

Le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gl060670 le mercredi 27 mai 2015 à 19:01

    NON !!! idées reçues !!! il faut lire plus souvent les commentaires dans boursorama.

  • M8252219 le mercredi 27 mai 2015 à 18:38

    METTRE EN PLACE LA TVA SOCIALE Tous les citoyens et d'autres en bénéficient certains en profitent tous doivent participer au financement du système social à la française question de pure équité. Pas seulement les salariés et les entreprises qui sont moins compétitives et les salariés qui trouveraient un salaire net supérieur.

  • stricot le mercredi 27 mai 2015 à 18:23

    Pour augmenter la competitivite il faudrait aussi augmenter le temps effectif de travail annuel, avec un truc genre 40 heures par semaines et "seulement" 5 semaines de conges payes, en plus d'alleger les charges patronales. Sans ces 2 mesures couplees, la France se complaira dans la 2e ligue des pays developpes de l'ancienne Europe incapable de lutter a armes egales avec les economies dynamiques.

  • stricot le mercredi 27 mai 2015 à 18:20

    Idee recue no7 a cote de la plaque: les salaries qui sont susceptibles de monter des equipes et de creer de l'emploi - ou par opposition quitter la France sans probleme pour un salaire net bien superieur et creer leurs equipes a l'etranger - sont qualifies ou plutot tres qualifies. Rendre les charges moindres pour employeurs et employes quand le salaire est superieur a disons 5-8+ SMIC a de vraies chanace de 1. favoriser des retours, et 2. de favoriser l'emploi des 1.5-3.5 SMIC par effet domino.

  • Toti1926 le mercredi 27 mai 2015 à 18:17

    Pour augmenter la compétitivité il suffit de réduire les charges des entreprises! Comment font les autres pays? Il est vrai qu'ils ont moins de fonctionnaires et de tracasseries administratives.