Compétitivité: Ayrault prêt à renoncer

le
1
Alors que plusieurs voix de la majorité s'élèvent contre une baisse des charges trop massives, Matignon vise la compétitivité «hors coûts».

En finir au plus vite avec la mauvaise séquence du choc fiscal du projet de loi de finances 2013. Alors que le budget commence à être examiné cette semaine par les parlementaires, Jean-Marc Ayrault vise déjà l'étape suivante. Le premier ministre profitera d'un déplacement, aujourd'hui en fin de matinée à l'Institut de recherche technologique Jules-Verne, près de Nantes, pour lancer une longue séquence «compétitivité». Séquence devant conduire le gouvernement, dans les prochains mois, à dessiner un «agenda de réformes» permettant de stopper l'hémorragie dans l'industrie. Aujourd'hui, le premier ministre commencera à dresser les grandes lignes de son plan, en attendant, mercredi, l'examen en Conseil des ministres du projet de loi créant la Banque publique d'investissement (BPI), avec comme point culminant, le 5 novembre prochain, la remise officielle du rapport Gallois sur la compétitivité française.

Matignon, qui se sait très attendu sur cette séquence, joue

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • TONAR22 le dimanche 14 oct 2012 à 19:33

    curieux :la compétitivité ,c'est surtout (pas toujours biensûr ) pour la FRANCE qui (à part qqs créneaux comme le LUXE)un problème de niveau de valeur ajoutée au produit (ex voitures moyennse/voitures haut de gamme) DONC de vcoût final !!!!