Communication no.2 du groupe Artprice sur l'attaque DDOS

le
0
Communiqué

PARIS, June 9 /PRNewswire/ -- Comme annoncé précédemment, le groupe Artprice est victime d'une attaque en déni de service distribué (DDOS) depuis le 2 juin 2009 à 23h32. Malgré la continuité de l'attaque avec une croissance exponentielle, et comme mode opératoire l'ensemble des protocoles Internet, Artprice a retrouvé une qualité de service de 97,2% pour ses 1,3 millions de membres. Les moyens mis en oeuvre permettent à Artprice sur des sites miroirs de différents pays, d'une part d'analyser l'organisation criminelle et constater d'autre part la continuité permanente des délits visés entre autres par l'article 323-2 du Code Pénal.

A ce titre, l'enquête de flagrance se perpétue, compte tenu de la continuité du délit. Les conjonctures d'Artprice sur les possibles commanditaires se constituent progressivement et semblent rejoindre son premier communiqué visant entre autres les parties au paragraphe 2.3 - Faits exceptionnels et litiges du rapport annuel 2008 publié le 30 avril 2009. De même, Artprice a fait notifié par P.V. d'audition à la Gendarmerie la concomitance de cette attaque avec le débat ce même jour sur l'adoption de la Directive Communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères.

Des mesures conservatoires par officier ministériel sont prises plusieurs fois par jour. En parallèle, l'analyse de plusieurs milliards de logs permet aux OPJ (Officier de Police Judiciaire) de déterminer les modes de l'attaque, son évolution et les traces chez les opérateurs Télécom dont la conservation des logs leur incombe par la loi LEN (Loi sur l'économie numérique).

Une deuxième plainte pénale sera certainement déposée par Artprice Inc. (USA) permettant ainsi de bénéficier des mesures coercitives du législateur américain. L'enquête judiciaire en France évolue rapidement avec une bonne cohabitation des différents services judiciaires spécialisés en cyber-criminalité.

Artprice va être en mesure dans le cadre de sa constitution de partie civile selon le nouveau délai du Code de procédure pénale, d'amener les matériaux nécessaires aux OPJ, puis au Magistrat instructeur pour caractériser les crimes et délits et leurs incriminations pénales respectives. Il est incontestable que la Directive européenne visant notamment les ventes aux enchères en ligne est à l'origine de nombreux conflits judiciares auxquels Artprice est partie prenante.

La solution mise en oeuvre sur différents pays met en lumière une modalité d'attaque dont les donneurs d'ordre sont susceptibles d'être en France. L'absence de revendication et/ou de rançon, principal mode opératoire des attaques de DDOS sur les majors de l'Internet, confirme le facteur intentionnel de détruire Artprice. Le groupe à travers la richesse qu'il représente en pourcentage dans le marché de l'art mondial par sa place de marché normalisée est à l'origine de beaucoup de convoitises.

Enfin, selon thierry Ehrmann, fondateur d'Artprice, "la forte culture d'entreprise atypique d'Artprice, l'ensemble de sa direction informatique très pointue sur ce type d'attaque, son encadrement, les salariés et les membres du Conseil, ont permis de mettre en place, malgré une attaque unique dans les annales françaises, une défense très intrusive qui capillarise les réactions de l'organisation criminelle pour l'acculer dans l'enceinte pénale".

De surcroît, cette attaque menée par une organisation criminelle visant le groupe Artprice et groupe Serveur conforte la pertinence historique d'Artprice et de groupe Serveur (maison-mère) dans l'histoire du marché de l'art et de sa réforme imposée par Bruxelles avec pour date butoir le 31 décembre 2009.

Artprice réitère et confirme que l'intégrité de ses banques de données, ses plates-formes bancaires externalisées et les données personnelles de sa clientèle ont été et sont intégralement préservées. Il n'est pas exclu qu'au stade de l'enquête un futur communiqué soit délivré par Artprice ou Artprice Inc. pour annoncer, d'une part, l'arrêt de l'action criminelle et des infractions pénales et/ou, d'autre part, la mise en cause explicite d'une ou plusieurs parties ayant mandaté l'organisation criminelle. Un expert et tout sapiteur de son choix va être nommé pour déterminer, pour les deux groupes, l'impact économique résultant de cette démarche intentionnelle.

Source: http://www.artprice.com (c)1987-2009 thierry Ehrmann

Pour découvrir l'univers d'Artprice en vidéo : http://web.artprice.com/video

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art avec plus de 25 millions d'indices et résultats de ventes couvrant 405 000 artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du marché de l'art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 2 900 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du marché de l'art pour les principales agences et 6300 titres de presse dans le monde. Artprice diffuse auprès de ses 1 300 000 membres (member log in), ses annonces normalisées, qui constituent désormais la première place de marché mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d'Art (source Artprice).

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris : Euroclear : 7478 - Bloomberg : PRC - Reuters : ARTF

Contact: Josette Mey - tel: +33-(0)478-220-000, e-mail: ir@artprice.com

Artprice.com

Contact: Josette Mey - tel: +33-(0)478-220-000, e-mail: ir@artprice.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant