Communication : les applications Whatsapp et Skype dans le viseur de Bruxelles

le
0
Communication : les applications Whatsapp et Skype dans le viseur de Bruxelles
Communication : les applications Whatsapp et Skype dans le viseur de Bruxelles

La législation court toujours après la technologie. La Commission européenne va présenter en septembre des propositions afin de réduire les écarts de réglementation entre les opérateurs de télécommunications traditionnels et les services concurrents sur internet, comme Skype ou WhatsApp, a annoncé mardi un porte-parole de l'exécutif européen.

 

Les applications telles que WhatsApp ou Skype proposent en effet les mêmes services qu'un opérateur de télécommunication, mais ne nécessitent qu'un accès à internet. Ainsi, vous pouvez envoyer des messages textes et passer des appels, même en visio pour Skype, avec n'importe quel interlocuteur à travers le monde. 

 

La Commission étudie ainsi «dans quelle mesure» les règles de l'UE s'appliquant aux opérateurs traditionnels «ont besoin d'être adaptées» pour garantir une concurrence équitable avec «WhatsApp ou Skype», qui «fournissent des services similaires ou équivalents», a déclaré le porte-parole de la Commission, Christian Wigand. En effet, les opérateurs traditionnels se plaignent d'être soumis à une réglementation plus contraignante que celle imposée à ces concurrents, pour finalement des services identiques.

 

Protection des données

 

Selon le porte-parole, les règles de sécurité de ces réseaux ne sont actuellement «pas comparables avec celles qui s'appliquent aux opérateurs traditionnels». Une source de la Commission européenne ajoute même qu'«il faut stimuler l'innovation des nouveaux players, mais créer en même temps des règles du jeu équitables pour tout le monde». 

 

Ce travail s'effectue dans le cadre d'une réforme plus globale du cadre réglementaire des télécoms dans l'UE, présentée en septembre, qui vise à offrir «un meilleur accès aux services numériques», à «renforcer la confiance» dans internet et à encourager l'investissement.

En parallèle, la Commission travaille sur la refonte d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant