Commission européenne : Moscovici nommé aux Affaires économiques

le
3
Commission européenne : Moscovici nommé aux Affaires économiques
Commission européenne : Moscovici nommé aux Affaires économiques

Le Français Pierre Moscovici a été nommé mercredi futur commissaire européen aux Affaires économiques, le Britannique Jonathan Hill aux Services financiers et l'Allemand Gunther Oettinger à l'Economie numérique, a annoncé la Commission. D'autre part, sept postes de vice-présidents ont été créés pour piloter les priorités de l'Union européenne, dont trois attribués à des femmes.

«L'Europe, ça fait partie de mon code génétique», expliquait en juillet sur France Inter le député du Doubs, qui fut le ministre chargé des Affaires européennes du gouvernement Jospin. «Je suis prêt à exercer ces responsabilités.» Mercredi, peu après sa nomination, il a promis d'appliquer les règles budgétaires européennes, au moment où le gouvernement français vient de repousser à 2017 le retour du déficit public à 3% du PIB. «Ma boussole, ce sont les règles», a t-il affirmé devant la presse à Bruxelles.

«Quand on vient à la Commission, on n'oublie pas sa nationalité, ses convictions: je suis social-démocrate, je suis fier de l'être mais on devient commissaire européen, défenseur de l'intérêt général européen. Il ne faut faire de mauvais procès à personne», a-t-il insisté, alors que l'Allemagne s'est longtemps opposée à la nomination de l'ancien ministre français des Finances, voyant d'un mauvais oeil le fait de confier la surveillance budgétaire au représentant d'un pays coupable de multiples dérapages budgétaires. Il n'y aura «pas de suspension, de dérogation, d'exception pour un pays quelconque», a assuré Moscovici.

VIDEO. Moscovici : «Je suis un européen engagé, un européen convaincu»

Reste que l'ancien ministre français n'aura pas la mainmise sur l'économie, comme l'a refusé l'Allemagne tout au long des négociations. Le Letton Valdis Dombrovskis, partisan de l'austérité budgétaire, coordonnera les politiques de «l'euro» et du «dialogue social». «Il coopérera étroitement avec M. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le mercredi 10 sept 2014 à 21:46

    C'est quand même comique qu'un ancien ministre des finances s'étant illustré par son incompétence à maîtriser les déficits publics va donner des leçons d'économies au champion du monde des courbes qui vont toujours dans le mauvais sens pour tenir (un plus que lui !!).

  • M898407 le mercredi 10 sept 2014 à 19:36

    Scandaleux ! On choisit un "NUL" qui a perdu toute crédibilité dans le domaine économique européen ! Mais quel piège se cache derrière cette nomination provocante ???

  • LeRaleur le mercredi 10 sept 2014 à 19:30

    Mettre le bastringue en France ou à Bx. C'est pareil.