Commission européenne : Moscovici balaie les critiques sur sa candidature

le
35
Commission européenne : Moscovici balaie les critiques sur sa candidature
Commission européenne : Moscovici balaie les critiques sur sa candidature

Pierre Moscovici contre-attaque. Choisi officiellement cette semaine par François Hollande comme candidat de la France pour un poste de commissaire européen, l'ancien ministre de l'Economie et des Finances a répondu ce dimanche dans l'hebdomadaire Der Spiegel aux critiques venues d'Allemagne.

Les conservateurs d'outre-Rhin jugent le socialiste trop dépensier et redoutent de le voir obtenir le portefeuille des Affaires économiques, un poste censé garantir la rigueur budgétaire en Europe. Selon eux, Pierre Moscovici pourrait devenir le cheval de Troie français à Bruxelles, la France n'ayant cessé de prôner un assouplissement des règles.

«Nous avons lancé des réformes importantes pendant mon mandat, nous avons réduit les déficits et les coûts du travail», se défend l'ex-ministre socialiste. «Je n'ai jamais pris une seule décision importante sans me concerter avec mon ami Wolfgang Schäuble», ajoute-t-il en guise de défense contre les attaques de Bild. Le tabloïd allemand a récemment accusé Pierre Moscovici d'avoir rendu l'euro «aussi mou que du brie français» à force de contester le Pacte de stabilité et de vouloir «créer toujours plus de dette pour relancer l'économie».

Un poste sur mesure pour Moscovici ?

Concernant la nature du poste, le Français a rappelé que «la décision sur le périmètre du portefeuille appartenait entièrement» au président élu de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui présentera son équipe le 30 août. Pour rassurer les Allemands, la création d'un portefeuille spécialement consacré à la relance de la croissance par les investissements serait en discussion avec Jean-Claude Juncker, selon des sources proches du dossier.

Le poste serait le prolongement de la mission sur «la contribution des politiques européennes à la croissance et à l'emploi» confiée à Pierre Moscovici par François Hollande. Mais la France n'entend pas renoncer au portefeuille des Affaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le lundi 4 aout 2014 à 16:24

    Contribution à la croissance et à l'emploi ? Il n'est plus en France, les rats commencent à quitter le navire, pour un vaisseau plus solide. Très mauvais signe. Les socialistes produisent un déficit annuel de 80 milliards, et ils n'arrivent pas à réduire ce chiffre. Un fonctionnaire sur quatre est payé à crédit.

  • 11246605 le lundi 4 aout 2014 à 14:13

    Viré du gvt pour incompétence (par d'autres incompétents), il se vante. L'UE va t'elle être un dépotoir politique ?

  • trador8 le lundi 4 aout 2014 à 13:28

    Comme disait AUDIARD 'Les cons ça ne doute de rien, c'est même à ça qu'on les reconnait'.Et la ce grand c.. de Moscovici qui balaie les critiques. Il doute de rien.

  • ttini le lundi 4 aout 2014 à 13:02

    tu m'étonnes que les français ne votent plus...ou FN par dépit.

  • renaud10 le lundi 4 aout 2014 à 12:07

    Il n'y a qu'un mot: minable!!Qui avait dit: moi Président la République sera irréprochable....Encore du recyclage de copain incompétent.

  • pepitobo le lundi 4 aout 2014 à 11:01

    l'europe??? la recompense des médiocres dont on ne veut! plus ailleurs

  • b.renie le lundi 4 aout 2014 à 10:52

    Ce Monsieur n'a pas montré une compétence quelconque pendant l'ensemble de la durée où il en a été le patron du ministère des finances. Bilan nul ! Valls n'en a pas voulu alors onle file à la Commission de Bruxelles Les copains d'abord a chanté Brassens

  • SuRaCtA le lundi 4 aout 2014 à 09:56

    "Réduit les deficits.." Il n'a tenu aucu ndes engagement chiffré du candidat Hollande, le deficit en 2013 était de 4.3% du PIB alors qu'il devait initiallement être de 3%... La depense publique a toujours continué à croite, ce que l'accrosisement des impots qui a permis de réduire l'émoragie... Et de tuer dans l'ouef la timide reprise ! Heuresement les dirigeants Allemands sont plus clairvoyant sur ses manoeuvres que le peuple Français...

  • trador8 le lundi 4 aout 2014 à 09:53

    Misère ce général de la médiocrité qui veut encore racler les fonds de tiroir pour se remplir les poches. Sans aucune conviction et bien entendu compétence, seul l’appât du gain guide ce profiteur née. C'est ça la gauche, mensonge et hypocrisie !

  • lorant21 le lundi 4 aout 2014 à 09:43

    Balayeur? oui, pourquoi pas.