Commission européenne : les coulisses de la bataille Moscovici-Guigou

le
1
Élisabeth Guigou, Pierre Moscovici et François Hollande, acteurs de la bataille pour la Commission européenne.
Élisabeth Guigou, Pierre Moscovici et François Hollande, acteurs de la bataille pour la Commission européenne.

"Tu ne seras plus ministre, tu seras commissaire européen." Par ces quelques mots lâchés au téléphone mercredi 2 avril au matin, quelques heures avant l'annonce du remaniement, François Hollande signifie à Pierre Moscovici son départ du gouvernement. La veille, dans la matinée, les deux hommes se sont entretenus longuement, à l'Élysée, sur l'avenir de Pierre Moscovici. Pour la première fois en deux ans, ce dernier est passé par la grille du Coq pour rejoindre le président. Une entrée située au fond du parc du palais, bien cachée du regard des journalistes.Ensemble, ils pèsent et soupèsent toutes les options. Que Moscovici reste au gouvernement, qu'il s'en aille, et pour quoi faire ? Dans le fond, le ministre ne veut pas partir. Il a en tête les négociations imminentes entre la France et Bruxelles sur la trajectoire de réduction des déficits. Elles s'annoncent difficiles, il pense qu'il est l'homme de la situation. Et de fait, s'il a déçu sur le plan national - "c'est un échec", tranche-t-on même à l'Élysée -, ses camarades socialistes s'accordent sur le fait qu'il a parfaitement défendu les intérêts de la France au niveau européen. Alors, ce poste de commissaire européen, en remplacement de l'UMP Michel Barnier, semble le compromis idéal. Lorsque Pierre Moscovici déroule son CV sur lequel figure notamment son expérience de ministre des Affaires européennes sous Lionel Jospin, il aime conclure par : "J'ai toujours été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 le mardi 15 avr 2014 à 08:45

    Depuis le 1er avril 2014, le vote blanc est comptabilisé (loi du 21 février 2014) : " Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Ils n'entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc. ".....A cet égard, les prochaines élections européennes seront une première.....