Commerzbank et Deutsche Bank négocient une amende aux Etats-Unis

le
7
COMMERZBANK ET DEUTSCHE BANK NÉGOCIENT UNE AMENDE AUX ÉTATS-UNIS
COMMERZBANK ET DEUTSCHE BANK NÉGOCIENT UNE AMENDE AUX ÉTATS-UNIS

(Reuters) - Les autorités américaines ont entamé des négociations avec les banques allemandes Commerzbank et Deutsche Bank en vue d'arrangements financiers visant à mettre fin à des enquêtes sur des transactions financières avec des pays sous embargo, a-t-on appris de source informée.

Les discussions viennent de commencer et on ignore à ce stade quand un accord pourrait intervenir, a noté la source.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de Commerzbank et de Deutsche Bank, respectivement numéro deux et numéro un du secteur bancaire allemand.

Le New York Times a le premier révélé les discussions avec Commerzbank, en précisant qu'un accord pourrait intervenir dès cet été et porter sur au moins 500 millions de dollars de pénalités, soit un montant bien moindre que BNP Paribas qui a accepté la semaine dernière de plaider coupable et de régler une amende de 8,97 milliards de dollars (6,5 milliards d'euros) pour des violations des règles américaines d'embargo.

Comme la banque française, Commerzbank est accusée d'avoir effectué des opérations en dollars pour le compte de groupes opérant en Iran et au Soudan.

Selon le NYT, l'accord en négociation pourrait prévoir la suspension de charges criminelles en échange des pénalités financières et d'autres concessions.

Cet accord préparerait le terrain ensuite à un arrangement avec Deutsche Bank.

A fin 2013, Commerzbank avait mis de côté 934 millions d'euros au titre de provisions pour litiges en vue, entre autres, d'une éventuelle amende dans ce dossier.

Reuters a rapporté le 1er juillet que Deutsche Bank, la filiale mexicaine Banamex de Citigroup et deux autres grandes banques françaises, Société Générale et Crédit Agricole, figuraient parmi les établissements faisant l'objet d'investigations aux Etats-Unis pour blanchiment présumé ou infraction supposée aux sanctions.

Les négociations avec les deux banques françaises ne sont pas prioritaires, a dit la source lundi.

Avant BNP Paribas, Standard Chartered, Lloyds Banking Group et Credit Suisse Group ont aussi conclu des arrangements avec divers Etats américains et le département de la Justice pour mettre fin à des poursuites pour violation des sanctions.

(Supriya Kurane à Bangalore et Karen Freifeld à New York, avec la contribution de Thomas Atkins et Alexander Hübner, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti le mardi 8 juil 2014 à 10:16

    négociation, cela fais bien rire..., c'est comme si vous avez un Pv de 90€, et que pour le contester il faut provisionner 360€..., c'est le même type de négociation. Ah si Kerviel avaient étaient banquier, il serait pas en prison...

  • dotcom1 le mardi 8 juil 2014 à 10:13

    Souvenez-vous de l'excellent idée de Didier Migaud (PS) proposant une taxe additionnelle de 10 % sur les banques françaises pour les "punir". Elle a été adopté lors de l'examen du projet de budget 2010. Les Etats-Unis ont juste 4 ans de retard par rapport à nos chers dirigeants.

  • dresden le mardi 8 juil 2014 à 10:11

    Un bon moyen de renflouer les finances. Un exemple à suivre ...

  • murashig le mardi 8 juil 2014 à 10:09

    Bon et a quand l europe va demander en reprocite des amendes aux systemes financiers US qui nous ont tout de meme mis la pagaille ? Ce sont ils pas tout autant veroles ? Un peu de courage...

  • r.espic le mardi 8 juil 2014 à 10:03

    L'Europe est une catastrophe.

  • pvza le mardi 8 juil 2014 à 10:00

    Sont fort ces ricains. Ont reussi à mettre le boxon de la finance dans le monde entier et maintenant se remboursent en infligeant des amendes aux banques europeennes. Trop fort !!!

  • mfouche2 le mardi 8 juil 2014 à 09:53

    Les Etats Unis mennent une vraie guerre économique dont le but est d anéantir leurs concurrents européens entre autre, et les européens ne lèvent pas le petit doigt pour protéger leurs entreprises déjà largement affaiblies par les crises, et riposter à ces attaques des américains , Décidément nous ne valons pas mieux que le sort qui nous attend .