Commerzbank avertit sur son bénéfice 2016, le titre plonge

le
0
AVERTISSEMENT DE COMMERZBANK SUR SON BÉNÉFICE
AVERTISSEMENT DE COMMERZBANK SUR SON BÉNÉFICE

par Jonathan Gould et Arno Schuetze

FRANCFORT (Reuters) - Commerzbank a dit mardi s'attendre à un recul de son bénéfice d'exploitation et de son bénéfice net cette année, en raison des incertitudes géopolitiques et de la politique de taux négatifs de la Banque centrale européenne.

Cette annonce a eu pour effet de faire perdre jusqu'à 8,5% à son action, qui a touché un plus bas historique, à 5,27 euros, faisant chuter la capitalisation boursière de la deuxième banque allemande à à 6,6 milliards d'euros.

Le titre cède encore 8% à 5,30 euros en Bourse de Francfort vers 12h15, tirant vers le bas l'indice du secteur bancaire européen, qui perd au même moment 2,7% pour afficher un recul de 30% depuis le début de l'année..

La dernière prévision de la deuxième banque allemande est plus pessimiste que la précédente, en avril, qui estimait qu'il serait "plus difficile" cette année de réaliser le même bénéfice qu'en 2015, soit 1,06 milliard d'euros.

"L'environnement des taux d'intérêt et la prudence persistante de la clientèle au vu des incertitudes géopolitiques continueront de peser sur les revenus en dépit de la croissance", explique la banque dans son rapport trimestriel.

Commerzbank avait déjà publié le 25 juillet des résultats préliminaires pour le deuxième trimestre qui montraient une chute d'un tiers de son bénéfice net par rapport à la même période de 2015. Les résultats publiés mardi font état d'une bénéfice net au deuxième trimestre en baisse à 209 millions d'euros, contre 307 millions un an plus tôt.

Ce résultat s'explique notamment par une baisse de 40% au premier semestre du bénéfice d'exploitation de la filiale de Commerzbank spécialisée dans le crédit aux petites et moyennes entreprises, Mittlestandbank.

CONTEXTE TENDU

L'avertissement de mardi survient dans un contexte tendu pour les banques sur le marché dans le sillage de la publication, vendredi, des résultats des tests de résistance des principales banques européennes conduits sous l'égide de l'Autorité bancaire européenne (ABE).

Huit ans après la faillite de Lehman Brothers qui a entraîné une grave crise du secteur bancaire mondial, l'ABE a souligné qu'il restait des efforts à faire pour relancer le crédit au sein de l'Union européenne, où de nombreuses banques restent entravées par des milliards d'euros de créances douteuses.

La plupart des banques ont fait preuve d'une bonne résistance lors de ces tests mais elles continuent de souffrir dans un environnement de taux bas, voire négatifs et peinent à réaliser des profits, à renforcer leurs fonds propres et à rémunérer leurs actionnaires.

Les deux plus grandes banques allemandes, Deutsche Bank et Commerzbank, font partie des 12 banques qui se sont avérées les plus fragiles lors de ces tests, avec leur concurrente britannique Barclays.

"Commerzbank a deux problèmes", estime Ingo Frommen, analyste de LBBW. "Les soucis concernant les fonds propres sont importants. Dans la simulation de l'ABE, Commerzbank figure parmi les plus mal classées, et cela sur la base d'un ratio de fonds propres plus élevé, à fin 2015.

"Séparément, la vision du développement futur est devenue beaucoup plus prudente dans un environnement de taux bas qui prive Commerzbank de 100 millions d'euros pas an", ajoute-t-il.

Le ratio de fonds propres de Commerzbank s'affichait à 11,5% à la fin du deuxième trimestre, contre 12% à fin mars.

L'objectif de la banque est de le faire passer au-dessus de la barre de 11,75%, a déclaré mardi son directeur financier, Stephan Engels.

La banque ne prévoit pas pour l'instant d'augmentation de capital, a-t-il ajouté.

(Véronique Tison et Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant