Commerce : la désertification des centres-villes s'accentue

le
0
Avec la crise, les enseignes préfèrent s'installer dans les centres commerciaux plutôt qu'au c?ur des cités.

Rideaux de fer baissés, enseignes descendues, le centre-ville de Saumur, une commune de 28.000 habitants du Maine-et-Loire, fait grise mine. En quelques mois, trois magasins y ont fermé leurs portes: le supermarché G20, une librairie indépendante et le cinéma. Même spectacle de désolation dans le c½ur d'Alençon, une petite ville normande, où trois commerces ont été liquidés: un dépôt-vente, un magasin de décoration et un autre d'antiquités.

Une désertification des centres-villes constatée au niveau national dans une étude de Procos, la fédération du commerce spécialisé. Selon elle, la vacance commerciale atteint aujourd'hui 7,1 % du parc commercial dans le c½ur des villes contre 6,3 % en 2001. A contrario, les centres commerciaux tirent mieux leur épingle du jeu, avec moins d'espaces vides (4,9 % maintenant).

Toutes les agglomérati...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant