Commerce en ligne: drogues et armes sont proposées sur le darknet

le
0
Commerce en ligne: drogues et armes sont proposées sur le darknet
Commerce en ligne: drogues et armes sont proposées sur le darknet

Drogues, armes, numéros de cartes de crédit: on trouve tout cela dans le darknet, une sorte de réseau dans le réseau, également utilisé par les cybermilitants surveillés par des dictatures ou les hacktivistes, qui militent pour un internet totalement libre et anonyme.Début octobre, un site internet de l'ombre créé en 2011 est placé sous le feu des projecteurs. Silk Road ("la route de la soie"), présenté comme "l'eBay de la drogue", est fermé par le FBI et son fondateur supposé, Ross William Ulbricht, 29 ans, arrêté.Il est accusé d'un "massif blanchiment d'argent", de complot de violations des lois sur les stupéfiants et de piratage informatique. Ulbricht, lui, nie être le "capitaine" de Silk Road. En deux ans et demi, ce site du darknet aurait généré des ventes de 1,2 milliard de dollars (880 millions d'euros) en monnaie virtuelle bitcoin, pour empocher un montant total de 80 millions de dollars (60 millions d'euros) sous forme de commissions.La nature ayant horreur du vide, d'autres sites marchands "clandestins", comme Black market reloaded (BMR), ont pris la place de Silk Road sur internet. Mais pas n'importe quel internet. Ici, les adresses sont une suite de chiffres et de lettres qui changent régulièrement et se terminent en .onion et non pas en .fr ou .com.Pour accéder anonyment à Black market reloaded, il faut passer par le logiciel libre et gratuit Tor (acronyme de "The Onion Router"), qui permet de naviguer sur internet par l'intermédiaire d'autres ordinateurs du réseau Tor, basés aux quatre coins de la planète. Ainsi, l'adresse IP de l'ordinateur utilisé, véritable plaque d'immatriculation, apparaîtra, aléatoirement, au Japon, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, rendant sa localisation impossible ou plus difficile par les services de police, notamment. Une fois sur ce marché noir virtuel, après un long et fastidieux processus d'inscription, ecstasy, cannabis, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant