Commerce en ligne: Bruxelles ouvre une enquête sur le secteur

le
0
Commerce en ligne: Bruxelles ouvre une enquête sur le secteur
Commerce en ligne: Bruxelles ouvre une enquête sur le secteur

La Commission européenne va lancer en mai une enquête sur le secteur du commerce électronique en Europe, estimant qu'il est "grand temps de supprimer les derniers obstacles" et notamment le "blocage géographique" qui empêche d'accéder à des services en ligne en dehors du pays où on y a souscrit.Cette enquête sectorielle, dont les premiers résultats sont attendus à la mi-2016, pourrait ensuite déboucher sur des enquêtes spécifiques à des entreprises soupçonnées d'abus de position dominante ou de pratiques commerciales restrictives."Il subsiste au sein de l'UE d?importants obstacles au commerce électronique transfrontalier. Par exemple, des obstacles techniques, tels que le blocage géographique, peuvent empêcher les consommateurs d?accéder à certains sites web à cause de leur lieu de résidence ou des informations de leur carte de crédit", a expliqué la Commission européenne.Cause de frustrations à l'heure où l'on circule librement dans l'Union européenne, ces blocages empêchent par exemple de regarder depuis Londres un match de rugby transmis sur le site internet d'une chaîne de télévision française, d'accéder à des sites de musique et de vidéo en ligne ou d'acheter des billets de train pour des voyages traversant plusieurs pays.Un Européen sur cinq aimerait accéder à des contenus sur internet provenant d'un autre pays que le sien, a assuré la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager lors d'une conférence à Berlin."Moi, par exemple, je ne comprends pas pourquoi je peux regarder mes chaînes danoises favorites - un service pour lequel j'ai payé - à Copenhague, mais pas quand je suis à Bruxelles", a-t-elle souligné. "Imaginez une touriste française qui achète des chaussures italiennes à Rome. Pourquoi est-elle renvoyée vers un site français quand elle essaie d'acheter la même paire depuis chez elle, sur internet ?".Si plus de la moitié des consommateurs de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant