Commerce/Convention de l'OCDE sur la corruption largement ignorée

le
0

(Répétition avec sigle OCDE) BERLIN, 23 octobre (Reuters) - Les principales nations exportatrices n'ont pas tenu leur promesse de lutter contre la corruption dans le commerce international, plus de la moitié des pays signataires d'un traité anti-corruption ne l'appliquant pas, montre un rapport publié jeudi par Transparency International (TI). L'organisation non-gouvernementale, basée à Berlin, épingle le Japon, les Pays-Bas, la Grèce, la Russie et le Brésil, qui font partie des pires contrevenants. La corruption dans les échanges internationaux porte atteinte au développement chaque fois que les contrats ne reviennent pas aux meilleurs fournisseurs, que les prix sont gonflés pour couvrir le versement de pots-de-vin, les normes environnementales ne sont pas respectées et les taxes ne sont pas perçues, indique l'association. Pour tenter de résoudre ce problème, l'OCDE a adopté en 1997 la convention sur la lutte contre la corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales. Perçu comme un élément important dans la lutte contre la corruption dans le monde, le traité exige des 41 pays signataires qu'ils considèrent la corruption d'agents étrangers comme un crime dont des entreprises ou des personnes peuvent être reconnues coupables. Les Etats signataires représentent environ deux tiers des exportations mondiales et près de 90% des flux d'investissements directs étrangers. Vingt-deux pays signataires font peu d'efforts, voire aucun, pour faire respecter la convention, indique TI dans son rapport annuel sur la question. Le Japon, les Pays-Bas, la Corée du Sud, la Russie, l'Espagne, la Belgique, le Mexique, le Brésil, l'Irlande, la Pologne, la Turquie, le Danemark, la République Tchèque, le Luxembourg, le Chili et Israël font partie des pays où la convention est très peu voire pas respectée, précise IT. D'autres Etats parmi lesquels se trouvent la France, la Suède, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande n'ont appliqué la convention que de manière "limitée". L'organisme estime que seuls quatre pays de l'OCDE ont appliqué rigoureusement la convention : les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Suisse. L'association exhorte les nations exportatrices à adopter une politique plus sévère contre la corruption. "Dans les pays qui accusent un certain retard dans la mise en application (du traité), les gouvernements doivent mettre en place des moyens adéquats, qui incluent du personnel et des fonds", a-t-elle estimé. (Michael Nienaber; Clémence Apetogbor pour le service français, édité par Eric Faye)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant