Commerce alimentaire sur internet: un marché prometteur mais encore balbutiant en France

le
0
Commerce alimentaire sur internet: un marché prometteur mais encore balbutiant en France
Commerce alimentaire sur internet: un marché prometteur mais encore balbutiant en France

Commander depuis son canapé ses courses alimentaires avant de se les faire livrer chez soi: l'idée séduit certains consommateurs, soucieux de la qualité de leur alimentation et de gain de temps. Pourtant, ce modèle se révèle un casse-tête pour les distributeurs, qui peinent à le rendre rentable.Le e-commerce alimentaire ne dépasse guère aujourd'hui les 1 à 2% de l'ensemble des ventes en ligne. Pourtant, selon une enquête du Boston Consulting Group, le potentiel de développement de ce secteur existe, citant les exemples de success stories anglo-saxonnes (Ocado au Royaume Uni, Fresh Direct aux Etats-Unis) comme preuve de l?intérêt des consommateurs.Selon le baromètre Fevad-Mediametrie, 24% des internautes français ont effectué un achat alimentaire en ligne cette année, soit 3 points de plus que l'an dernier. Et ce, alors que l'offre reste actuellement relativement limitée dans l'Hexagone. Après avoir tenté diverses initiatives, dont certaines ont depuis fait faillite (Telemarket) ou étaient fortement réduites du fait d'écarts de prix jugés rédhibitoires par les consommateurs, la grande distribution a préféré se développer sur le e-commerce alimentaire quasi uniquement via le drive, permettant la commande en ligne et le retrait des marchandises sur le parking des hypermarchés.Ce système, qui rencontre un grand succès, enlève cependant un des attraits d'internet: le consommateur reste obligé de prendre sa voiture pour aller au magasin. Sans compter que ce modèle exclut de fait les clientèles des grandes agglomérations, et que la question de la cannibalisation des ventes physiques se pose encore.C'est pourquoi d'autres acteurs, plus petits, ont choisi de se lancer uniquement sur internet, en privilégiant la livraison à domicile et se focalisant sur un créneau porteur à forte valeur ajoutée: celui des produits frais sur un modèle de circuit court (relation directe entre producteurs et clients), particulièrement prisé des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant