Comment vaincre le mal de dos

le , mis à jour à 09:15
0
Comment vaincre le mal de dos
Comment vaincre le mal de dos

Lombaires coincées, cervicales bloquées, nerf sciatique qui lance... Ce catalogue, les Français ne le connaissent que trop. Une personne sur cinq souffre en effet de ces maux chroniques. Six millions de consultations chez le généraliste sont occasionnées chaque année par les seules lombalgies. Cinquante mille personnes manquent chaque jour au travail à cause d'un mal de dos, auquel la campagne lancée aujourd'hui par l'Association française de lutte antirhumatismale (Aflar), l'association de patients France spondylarthrite et le laboratoire Abbvie invitent à ne pas « tourner le dos ».

Les plus jeunes surtout (18-39 ans) négligent ces douleurs, considérées comme chroniques si elles persistent plus de trois mois, mais qu'ils relèguent, avec le lumbago de papy, au rang de maladie de vieux. On se dit trop vite : « J'ai dû faire un mauvais geste », alors que ce peut être inflammatoire. Un jeune sur deux qui souffre admet pourtant que cela perturbe son quotidien, altère son sommeil, sape son énergie et se met — à tort — au repos de toute activité sportive.

Mal de dos, mal du siècle ? « J'entendais déjà ça il y a trente ans ! » s'exclame le docteur Henri Nataf, rhumatologue à Mantes-la-Jolie (Yvelines), qui s'est prêté au jeu pour montrer comment préserver notre dos, dans le quotidien d'un appartement parisien (voir ci-dessous).

Oui, soulignent les spécialistes, il y a une raison à ce que nous souffrions si nombreux et parfois très tôt (un enfant sur deux s'en plaint parfois dès l'âge de 8 ans). Elle tient en un seul mot : sédentarité. « Le corps de bipède de l'être humain n'est pas fait pour vivre assis, ses disques intervertébraux ne sont pas armés pour la vie moderne », sourit Henri Nataf. Le régime auto-boulot-canapé-ordinateur-dodo finit par avoir raison d'une musculature du bassin laissée à l'abandon. Pourtant, insistent les médecins, le mal de dos n'est pas une fatalité. Il se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant