Comment un photographe s'est fait voler sa photo par un singe !

le
0
Wikipédia estime que puisque la photo a été prise par l'animal lui-même, le photographe ne détient aucun droit d'auteur.
Wikipédia estime que puisque la photo a été prise par l'animal lui-même, le photographe ne détient aucun droit d'auteur.

Reconnaîtra-t-on un jour à David Slater la paternité d'un selfie pris par un singe ? Dans son rapport sur la transparence, la fondation Wikimedia vient de rendre publique une bataille judiciaire de deux ans avec le photographe britannique, comme l'a révélé le Telegraph. L'encyclopédie a en effet versé dans son catalogue d'images libres de droit le selfie du macaque, jugeant que David Slater ne pouvait revendiquer les droits d'auteur puisqu'il n'avait pas pris lui-même le cliché.

C'est à l'occasion d'un reportage animalier en Indonésie que le photographe s'était fait dérober son appareil par quelques singes farceurs. Intrigué par le bruit de l'obturateur, un macaque avait alors pris une série de clichés qui se révéleront pour la plupart flous. Seules quelques photos seront exploitables, dont l'une deviendra célèbre : le gros plan d'un singe souriant de toutes ses dents.

Une photo libre de droits

La photo litigieuse prise avec l'appareil de David Slater, et versée au Wikimedia Commons.

La photo, extraordinaire, est désormais à la disposition de tous. Elle a rejoint le catalogue Wikimedia Commons, déjà fort de plus de 22 millions de photos. Pour sa défense, David Slater argue du fait que son reportage était particulièrement coûteux, tout comme ses frais d'assurances et de matériel, relate le Telegraph. Et il affirme avoir fait tous les réglages de l'appareil, bien que ce ne soit pas lui qui a appuyé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant