Comment Toulouse a surmonté le traumatisme d'AZF

le
0
Dix ans après l'explosion de l'usine AZF, la Ville rose veut se tourner vers l'avenir en pariant sur la lutte contre le cancer et sur le développement de la chimie.

Depuis plusieurs mois, d'immenses bâtiments sortent de terre. Sur la zone de 220 hectares dévastée par l'explosion, ce sont près de 300.000 m2 de laboratoires, centres de recherche et programmes immobiliers qui doivent voir le jour d'ici à 2013. À Langlade, un nouveau quartier est en train d'émerger, avec l'Oncopôle de Toulouse. 4 000 emplois sont prévus. L'investissement est colossal: un milliard d'euros, provenant du public et du privé. Près de 65 hectares vont être dédiés au développement économique.

Au c½ur du dispositif, il y aura l'Institut universitaire du cancer, créé en partenariat avec les hôpitaux, cliniques et universités de la ville. Ce centre, entièrement consacré à la maladie, comptera 306 lits. «Nous avons une volonté très forte de réconcilier les Toulousains avec ce site, qui a été meurtri par la catastrophe de l'usine AZF le 21 septembre 2001», explique Benjamin Gandouet, directeur de l'association Oncopôle. C'est Philippe Douste-

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant