Comment stopper le blues de Yohan Cabaye ?

le
0
Comment stopper le blues de Yohan Cabaye ?
Comment stopper le blues de Yohan Cabaye ?

Arrivé en janvier dernier à la demande de Laurent Blanc, Yohan Cabaye traverse depuis une période très délicate au PSG ainsi qu'en équipe de France. Au point que certains s'interrogent sur son avenir immédiat dans la capitale. Pourtant le PSG a encore les moyens de remettre son milieu de terrain dans le bon sens.À la fin du match entre le PSG et Lorient, il y a trois semaines, on a rarement été aussi mal à l'aise après une rencontre de Ligue 1 suite à la prestation de Yohan Cabaye. Même si les Parisiens se sont imposés dans le Morbihan (2-1), le numéro 4 de la capitale a tout raté. Jamais l'international français n'avait semblé aussi fébrile au PSG. Comme si le maillot était trop grand pour lui. Avant le déplacement à Metz, ce vendredi soir, Cabaye pèse 11 matchs de Ligue 1 avec le PSG, dont 6 en tant que titulaire. Le garçon n'est donc pas mis au placard. Pourtant, on sent qu'il perd confiance à vitesse grand V. On pourrait presque parler de " dépression sportive " tant le joueur ne tente plus rien et rate le peu qu'il tente. Recruté pour son jeu long et sa capacité à frapper de loin, on n'a encore jamais vu le Yohan Cabaye qui avait mis Newcastle à ses pieds. Un joueur qui arrachait ces mots d'amour à son coach anglais Alan Pardew en début de saison 2013 : "Il est le cerveau de mon équipe, celui qui sait quand il faut accélérer le rythme du match ou ralentir le tempo." Le même qui brillait avec les Bleus au poste de sentinelle lors du barrage retour contre l'Ukraine. C'était il y a un an. Que ce match semble loin...
Du sous-Motta
À tel point que Laurent Blanc, qui avait pourtant milité pour sa venue, a confirmé la petite dépression de son milieu hier en conférence de presse d'avant-match. "Cabaye ? Oui, il est en difficulté. Mais il se rend compte de sa situation et sait qu'il y a de très bons joueurs au milieu de terrain au PSG. Il espérait changer la hiérarchie en arrivant, il a eu quelques difficultés d'adaptation, une baisse de moral, mais il s'est rendu compte qu'il fallait changer les choses après son match à Lorient, où il a été en difficulté. Personnellement, je sens qu'il est mieux. Il veut jouer, mais jouer ne suffit pas toujours. Si vous jouez et que vous êtes mauvais, votre situation ne s'améliore pas, au contraire. " Pour la première fois, le coach francilien a admis l'évidence. Cabaye a connu un sérieux trou d'air entre septembre et octobre et doit maintenant confirmer sur le terrain l'investissement consenti par le club pour le faire venir.

De fait, derrière le trident Motta-Verratti-Matuidi, Cabaye était censé apporter autre chose. Une autre arme létale en quelque sorte. Infatigable intercepteur de ballons et dans la fleur de...



À la fin du match entre le PSG et Lorient, il y a trois semaines, on a rarement été aussi mal à l'aise après une rencontre de Ligue 1 suite à la prestation de Yohan Cabaye. Même si les Parisiens se sont imposés dans le Morbihan (2-1), le numéro 4 de la capitale a tout raté. Jamais l'international français n'avait semblé aussi fébrile au PSG. Comme si le maillot était trop grand pour lui. Avant le déplacement à Metz, ce vendredi soir, Cabaye pèse 11 matchs de Ligue 1 avec le PSG, dont 6 en tant que titulaire. Le garçon n'est donc pas mis au placard. Pourtant, on sent qu'il perd confiance à vitesse grand V. On pourrait presque parler de " dépression sportive " tant le joueur ne tente plus rien et rate le peu qu'il tente. Recruté pour son jeu long et sa capacité à frapper de loin, on n'a encore jamais vu le Yohan Cabaye qui avait mis Newcastle à ses pieds. Un joueur qui arrachait ces mots d'amour à son coach anglais Alan Pardew en début de saison 2013 : "Il est le cerveau de mon équipe, celui qui sait quand il faut accélérer le rythme du match ou ralentir le tempo." Le même qui brillait avec les Bleus au poste de sentinelle lors du barrage retour contre l'Ukraine. C'était il y a un an. Que ce match semble loin...
Du sous-Motta
À tel point que Laurent Blanc, qui avait pourtant milité pour sa venue, a confirmé la petite dépression de son milieu hier en conférence de presse d'avant-match. "Cabaye ? Oui, il est en difficulté. Mais il se rend compte de sa situation et sait qu'il y a de très bons joueurs au milieu de terrain au PSG. Il espérait changer la hiérarchie en arrivant, il a eu quelques difficultés d'adaptation, une baisse de moral, mais il s'est rendu compte qu'il fallait changer les choses après son match à Lorient, où il a été en difficulté. Personnellement, je sens qu'il est mieux. Il veut jouer, mais jouer ne suffit pas toujours. Si vous jouez et que vous êtes mauvais, votre situation ne s'améliore pas, au contraire. " Pour la première fois, le coach francilien a admis l'évidence. Cabaye a connu un sérieux trou d'air entre septembre et octobre et doit maintenant confirmer sur le terrain l'investissement consenti par le club pour le faire venir.

De fait, derrière le trident Motta-Verratti-Matuidi, Cabaye était censé apporter autre chose. Une autre arme létale en quelque sorte. Infatigable intercepteur de ballons et dans la fleur de...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant